Tout sur Tata

Le constructeur automobile tchèque Skoda a annoncé jeudi la fin des discussions avec l'indien Tata Motors. Il avait été chargé en mars par sa maison mère allemande Volkswagen d'examiner pour l'ensemble du groupe un possible partenariat.

Le conglomérat indien Tata qui souffre des incertitudes économiques mondiales et dont la branche sidérurgique est handicapée par des actifs lourdement déficitaires en Grande-Bretagne, a annoncé lundi le départ-surprise de son PDG, Cyrus Mistry, quatre ans après avoir pris ses fonctions.

Lancée avec fracas en 2008 comme la voiture à 2.000 dollars, la Tata Nano n'a guère trouvé d'acheteurs dans son pays. Les Indiens la trouvent trop "cheap". Tata Motors, qui possède aussi Jaguar et Range Rover, va rectifier le tir en sortant des versions plus chères.

Ratan Tata passe la main vendredi, jour de son 75e anniversaire, vingt ans après avoir fait du groupe éponyme, alors considéré comme un "dinosaure endormi", un colosse industriel capable de s'offrir des proies aussi imposantes que le constructeur Jaguar ou le sidérurgiste Corus.

Après la voiture la moins chère du monde, le groupe indien Tata va bientôt proposer une maison en kit à 720 dollars, soit 509 euros.