Tout sur Take Eat Easy

La start-up belge Cowboy a levé 2,4 millions et lance son vélo

Anciens fondateurs des start-up Take Eat Easy et Djump, le trio d'entrepreneurs bruxellois composé d'Adrien Roose, Karim Slaoui et Tanguy Goretti revient sur le devant de la scène. Ils officialisent une levée de fonds à plus de 2 millions d'euros et commercialisent, dès ce jeudi, leur vélo Cowboy, un deux-roues électrique d'un nouveau genre. Et s'attaquent à d'ambitieux nouveaux défis.

Les anciens de Take Eat Easy veulent révolutionner le vélo électrique

Un an à peine après la faillite de leur start-up Take Eat Easy, deux anciens de l'équipe fondatrice relancent leur nouveau projet. Ils ont créé le COWBOY un vélo électrique d'un genre nouveau, déjà primé à Euro Bike, la Grand-Messe internationale du vélo. Un ambitieux projet déjà soutenu par plusieurs investisseurs.

Les employés de Take Eat Easy, tous rescapés de la faillite de leur start-up ?

Huit mois après l'annonce de la faillite de la start-up de livraison, la plupart des employés ont trouvé un nouveau job. La marque Take Eat Easy et l'expérience dans cette jeune pousse en hyper-croissance leur ont ouvert des portes. Mais peu nombreuses sont les start-up à s'être lancées sur les cendres de la firme faillie.

Take Eat Easy: retour sur les raisons d'une explosion en plein vol

Après un an de course folle aux parts de marché et des bilans 2013 et 2014 catastrophiques, la start-up belge de livraison de repas a déposé les armes. Sacrifiée par ses actionnaires, minée par la concurrence, elle s'est retrouvée sans cash pour faire tourner une machine de 160 personnes. Retour sur les dernières semaines de la vie de la start-up.

Take Eat Easy: trois leçons à tirer d'une belle aventure

L'aventure Take Eat Easy s'achève. La société s'est placée en redressement judiciaire, n'ayant pas été en mesure de convaincre de nouveaux partenaires d'apporter les indispensables capitaux frais. L'histoire rebondira peut-être sous une autre forme ou avec une intégration dans un groupe plus puissant. Mais en attendant, elle s'achève. Tirons-en trois leçons.

Take Eat Easy, c'est fini

Après plusieurs mois à chercher des fonds, la start-up belge jette l'éponge et se place en redressement judiciaire.

UberizeME - Mon épreuve Take Eat Easy avant de commencer

Avant qu'elle ne me laisse livrer des plats de restaurants pour son compte, la start-up belge Take Eat Easy m'a fait passer un "test" grandeur nature. Pendant une soirée, j'ai dû suivre un coursier expérimenté... Voici comment s'est déroulée mon "épreuve"...

Interview exclusive: "Nous conservons le contrôle sur Take Eat Easy"

L'une des start-up belges les plus en vue du moment est Take Eat Easy, spécialiste de la livraison à vélo de repas à domicile qui, en même pas 5 mois, a levé un total de 16 millions d'euros pour son développement. Notamment auprès du géant européen de l'Internet, Rocket Internet. Interview d'Adrien Roose co-fondateur et CEO de la jeune pousse.