Tout sur subprimes

Comme l'ont mis en évidence les travaux de Thomas Piketty et d'Emmanuel Saez en particulier, la concentration de la richesse a atteint à nouveau dans les pays occidentaux le niveau extraordinaire qui était le sien à la veille de la Première Guerre mondiale.

Les autorités américaines mènent une enquête contre l'agence de notation Moody's Investors Service, qu'elles soupçonnent d'avoir surévalué des produits financiers adossés aux prêts immobiliers "subprime" à l'origine de la crise financière, rapporte dimanche le Wall Street Journal (WSJ).

Detroit, dans l'état américain du Michigan, est devenue une ville fantôme avec ses milliers de maisons abandonnées et ses 80 000 structures inoccupées suite à la crise des subprimes. Les autorités tentent de vendre les immeubles inhabités, un véritable fléau, à des prix plancher.

La banque JPMorgan Chase a accepté de payer la somme record de 13 milliards de dollars aux autorités américaines pour mettre fin à des poursuites au civil dans le dossier des dérivés de prêts immobiliers risqués, dits "subprime".

Les agences de notation Moody's, Standard and Poor's (S&P) et la banque d'investissement Morgan Stanley ont passé des accords amiables mettant fin à deux plaintes datant d'avant la crise financière qui les accusaient d'avoir dissimulé les risques d'investissements liés aux "subprimes", des prêts hypothécaires risqués.

La crise immobilière américaine est palpable sur le terrain : des millions de maisons sont vides et près de 1,05 million ont été saisies par les banques en 2010, contre 918.000 en 2009. Que faire de ces biens ? Beaucoup sont dans un triste état, d'autres, pimpants peut-être mais situés dans un lotissement spéculatif abandonné par ses résidents.