Tout sur stress test

Deux banques belges, Dexia, en cours de démantèlement, et Axa Bank Europe, une filiale de l'assureur français, ont échoué aux tests de résistance européens mais n'auront pas besoin de prendre des mesures pour remédier à la situation, a indiqué dimanche la Banque nationale de Belgique (BNB).

Dexia et Axa Bank Europe n'ont pas satisfait aux exigences fixées par la Banque centrale européenne (BCE) dans le cadre de son analyse de la santé financière des banques de la zone euro. Les quatre autres grandes banques belges ont elles réussi le "stress test", a annoncé la BCE dimanche. Au total, 25 banques échoué aux tests de résistance européens.

La plupart des banques de la zone euro - à l'exception de 25 d'entre elles, dont deux belges, sur un total de 130 - ont passé avec succès un examen particulièrement rigoureux destiné à restaurer la confiance dans ce secteur clé de l'économie, à quelques jours du coup d'envoi de la supervision bancaire européenne, qui sera désormais du ressort de la Banque centrale européenne (BCE).

Onze banques originaires de six pays ne satisferaient pas aux exigences en capital fixées par la Banque centrale européenne (BCE) dans le cadre de son analyse de la santé financière des banques de la zone euro, rapporte mercredi l'agence de presse espagnole EFE sur base de sources dans le secteur financier.

A l'analyse, l'examen auquel les banques européennes sont soumises n'est pas si sévère. Les régulateurs ont "oublié" d'envisager une entrée de la zone euro en déflation, ou la défaillance d'un Etat.

Citigroup, Metlife, Ally et SunTrust auraient échoué aux stress-tests menés par la Federal Reserve sur 19 grandes banques américaines. Leur ratio de fonds propres durs serait inférieur à 5 % au quatrième trimestre de 2013.

Dexia avait passé sans encombre les tests de résistance menés par la Commission européenne. Le plan de sauvetage par les Etats belge et français remet-il en cause, rétroactivement, leur validité ? Non, rétorque la Commission. Qui s'explique.

Huit banques européennes ont échoué aux tests de résistance imposés à 91 banques du continent pour éprouver leur solidité en cas de choc économique. Les résultats des stress tests bancaires de KBC Bank et Dexia montrent que les deux banques disposent d'une capitalisation suffisante car elles bénéficient de ratios Core Tier 1 nettement supérieurs au taux de référence de 5 pc du scénario de stress, estimait vendredi le ministre des Finances, Didier Reynders, dans un communiqué.

L'EBA, le superviseur des banques européennes, analyse en ce moment même les résultats d'une première salve de tests de résistance. Une seconde série de données sera réclamée aux institutions financières, en vue d'une publication des résultats plus tardive que prévu.

De sérieuses divergences opposent Günther Oettinger à la majorité des régulateurs dans les négociations sur les tests de résistance des centrales nucléaires. Le commissaire européen à l'Energie a en effet formulé de nouvelles exigences qui posent un problème de compétence.

Après une déjà coquette perte de 12,7 milliards d'euros en 2009, la banque irlandaise nationalisée Anglo Irish Bank dévoile un trou de 17,7 milliards pour l'an dernier. Et ce, quelques heures à peine avant que la BCE ne livre son verdict sur son stress test.

Des tests de résistance seront bientôt menés sur les banques européennes afin de vérifier leur solidité. Les autorités bancaires ont nettement durci l'exercice cette année, souligne Jean-Louis Dufloux, directeur général d'Equinox Consulting.

Réclamés par les dirigeants européens, de nouveaux tests sont prévus ce printemps, pour des résultats espérés en juin, avec l'espoir d'échapper aux critiques précédentes sur leur manque de crédibilité. Un objectif loin d'être atteint d'avance...

Le processus des tests de résistance des grandes banques européennes démarre aujourd'hui avec l'envoi aux établissements concernés de la méthodologie retenue. Les mêmes tests devraient être menés sur les Etats, a estimé un membre du directoire de la BCE...

"Il faut peut-être organiser le même genre de stress tests des deux côtés de l'Atlantique, parce que, si vous avez des tests différents aux Etats-Unis et en Europe, nous devrons affronter de nombreuses critiques", estime Didier Reynders.

Les tests de résistance publiés l'été dernier ont permis de rassurer les marchés. A tel point qu'il existe un consensus quant à l'opportunité de sonder régulièrement la solidité des banques européennes et de publier les résultats.

Michel Barnier, commissaire européen chargé des services financiers, est favorable à l'introduction de tests de résistance sur les banques de manière régulière, a-t-il déclaré au quotidien allemand Handelsblatt mercredi.

Les tests de résistance n'ont pas tenu compte des investissements à long terme des banques en bons du Trésor. Une grave erreur, selon l'OCDE, dont les propres chiffres sont nettement plus inquiétants pour les institutions européennes, KBC et Dexia comprises.

Le Comité des régulateurs européens (CEBS) a recalé 7 des 91 grandes banques européennes soumises aux tests de résistance. Elles devront lever des fonds pour renforcer leur situation financière. La banque allemande Hypo Real Estate (HRE) et la banque grecque ATEbank figurent parmi elles.