Tout sur spe

Malgré "l'amélioration notable de la performance de la société sous sa direction", l'énergéticien SPE (Luminus) met fin aux fonctions de CEO de Luc Sterckx "en accord avec l'intéressé". Il est remplacé par le Français Christian Gosse, COO de l'entreprise.

Fusion GDF-Suez (propriétaire d'Electrabel) et prise de contrôle de SPE-Luminus par EDF : la structure duopolistique des marchés domestiques de l'énergie en Belgique, doublée par une mainmise de l'Etat français sur les deux géants en question, ne satisfait clairement pas Test-Achats. L'organisation attaque l'approbation de cette concentration par la Commission européenne devant le tribunal de première instance de l'UE.

En termes de volumes livrés, Electrabel Customer Solutions passe de 77 % (électricité) et 92 % (gaz) de parts de marché en 2008 à 73 % (électricité) et 87 % (gaz) en 2009. Pour l'électricité, le rival SPE passe à 5,7 % des parts de marché, contre 3,2 % en 2008. C'est l'une des nombreuses conclusions livrées mercredi par les quatre régulateurs belges de l'énergie.

L'Hexagone contrôle un peu plus encore l'électricité belge : Dexia et deux autres actionnaires viennent de vendre 12,5 % de SPE à EDF. Celui-ci, lui-même contrôlé à 84,7 % par l'Etat français, détient désormais 63,5 % du 2e producteur belge d'énergie. Or, GDF Suez, via sa filiale à 100 % Electrabel, est le 1er producteur d'électricité du royaume... et appartient à 35,6 % à l'Elysée.

La Creg a réalisé une nouvelle étude afin de chiffre la marge bénéficiaire dégagée par les producteurs d'énergie nucléaire dans notre pays. Le régulateur belge de l'énergie parvient à un total "compris entre 1,75 milliard et 1,95 milliard d'euros". La réplique d'Electrabel ne s'est pas fait attendre.

Les intercommunales actionnaires de SPE pouvaient vendre leurs participations suite à la prise de contrôle par le français EDF. Toutes resteront dans le capital du 2e producteur et fournisseur d'énergie belge. Pour le moment, du moins.

L'Etat a imposé une contribution budgétaire de 250 millions d'euros aux trois producteurs d'énergie nucléaire en Belgique. Insupportable pour ceux-ci, qui avaient porté l'affaire devant la Cour constitutionnelle. La cour vient de rejeter ces recours en annulation, confirmant donc la décision du gouvernement.