Tout sur Sophie Wilmès

En détournant une porcelaine de Limoges qu'elle customise inlassablement, Dominique Degueldre prouve que l'on peut dénoncer le sexisme avec humour. Brigitte Macron, Sophie Wilmès, Christine Ockrent et Margrethe Vestager font partie de ses soutiens. Le 8 mars prochain, journée internationale des femmes, elle sera dans la rue.

Pour la première fois, le prix de leader de l'année, décerné par la revue "Lobby", revient à une femme, en l'occurrence Delphine ex-Boël. "Elle a réussi à faire bouger les lignes de la société belge."

Le député européen N-VA Johan Van Overtveldt n'est pas convaincu des critères attachés au fonds européen de relance, a-t-il expliqué mercredi matin sur la VRT. Le Parlement européen doit approuver le budget pluriannuel européen et le fonds de relance et, selon M. Van Overtveldt, il y a des critiques à formuler sur le plan Michel.

Retour à la case départ. Pendant un trimestre, le gouvernement de Sophie Wilmès a pu compter sur l'appui d'une large majorité forte de 10 partis pour piloter la lutte contre le Covid-19 et ses conséquences socioéconomiques. Cette séquence se termine maintenant avec la fin des pouvoirs spéciaux, qu'aucun parti ne juge utile de prolonger.

Les trois syndicats ACV-CSC Transcom, CGSLB-ACLVB et Setca-BBTK ont été reçus mardi par la Première ministre Sophie Wilmès (MR), le vice-Premier et ministre des Finances Alexander De Croo (Open Vld) et la ministre de l'Emploi, de l'économie et des consommateurs Nathalie Muylle (CD&V), au sujet de la faillite de Swissport.

Le patron de Lufthansa Carsten Spohr est arrivé vendredi vers 11h40 au 16 rue de la Loi. Il doit y évoquer avec le gouvernement le sort de Brussels Airlines, filiale du géant allemand, qui a annoncé une restructuration qui menace un millier d'emplois, soit un quart de son personnel.

Les syndicats de Brussels Airlines refusent de négocier avec la direction de la compagnie sur le plan annoncé mardi, qui menace jusqu'à 1.000 emplois, tant qu'ils n'en savent pas plus sur l'avenir immédiat de l'entreprise, annoncent-ils jeudi en front commun. Selon eux, les propositions actuellement sur la table ne sont "ni sérieuses, ni réalistes, ni négociables et même illégales".

La procédure Renault a été demandée pour Brussels Airlines, a-t-on appris mercredi de source syndicale, au lendemain de l'annonce par la compagnie aérienne de son intention de supprimer un millier d'emplois en son sein. Un nouveau conseil d'entreprise extraordinaire est prévu vendredi.