Tout sur SNCF

Vingt-quatre dirigeants d'entreprises ferroviaires européennes, dont le patron de la SNCF Jean-Pierre Farandou, veulent oeuvrer ensemble pour "améliorer l'attractivité du rail partout sur le continent", réclamant "un investissement européen massif" pour nouer "un nouveau pacte ferroviaire européen".

Le TGV, qui a 40 ans cette année, a bouleversé la géographie des déplacements en France en réduisant les temps de parcours, autant qu'il a transformé la SNCF, même si des pans entiers du territoire sont restés à l'écart.

La crise du coronavirus a poussé la société de transport ferroviaire Thalys dans le rouge. Elle doit faire appel aux banques pour de l'argent frais pour la première fois de son existence. La fusion annoncée avec Eurostar a été reportée temporairement le temps que le financement de part et d'autre soit consolidé.

Eurostar tire la sonnette d'alarme et demande le soutien des autorités britanniques. "Sans financement additionnel du gouvernement, il y a un risque réel pour la survie d'Eurostar", a indiqué l'opérateur dans un communiqué. La société demande à bénéficier des mêmes soutiens consentis à d'autres opérateurs ferroviaires en Grande-Bretagne.

La crise sanitaire a mis la compagnie ferroviaire transmanche Eurostar dans une situation "très critique", a alerté vendredi le PDG de SNCF Voyageurs, Christophe Fanichet.

En revendant les cars Ouibus à Blablacar, les chemins de fer français se débarrassent d'une filiale en forte perte. Et la start-up de covoiturage relance sa croissance en promettant une offre multimodale innovante. Une sortie par le haut ?

La plate-forme de covoiturage BlaBlaCar va racheter Ouibus, filiale de "cars Macron" de la SNCF, et a lancé une levée de fonds de 101 millions d'euros à laquelle participera le groupe public, ont annoncé lundi les représentants des deux entreprises.

Le mouvement des cheminots contre la réforme ferroviaire du gouvernement a coûté un total de 790 millions d'euros à la SNCF, soit plus de 21 millions pour chacune des 37 journées de grève entre le 22 mars et le 28 juin, selon un document interne consulté vendredi par l'AFP.

Un syndicat de cheminots français a annoncé vendredi que la grève dans les chemins de fer allait "se poursuivre" en juillet, au delà du calendrier initial, malgré l'adoption définitive la veille de la réforme ferroviaire par le Parlement.

Le gouvernement français a confirmé vendredi qu'il reprendrait 35 milliards d'euros de la dette de la SNCF, l'opérateur du rail, "rassurant" un des plus importants syndicats qui a évoqué une possible sortie de la grève, même si les autres organisations affirment rester mobilisées.