Tout sur Singapour

En pleine lutte contre le coronavirus, les autorités et les responsables de la tech cherchent des solutions pour enrayer la propagation de la maladie. Au coeur de nombreuses démarches, les données de mobilité nourrissent tous les espoirs. Elles pourraient, c'est vrai, permettre de contrôler le déconfinement que tout le monde attend.

La stratégie mise en place par Singapour pour lutter contre l'épidémie de Covid-19 impressionne jusque l'Organisation mondiale de la santé. Certes, la ville-Etat est une presqu'île dirigée d'une main de fer. Mais les économies occidentales pourraient tirer quelques enseignements de la manière dont elle tente d'étouffer la propagation du virus, estiment les expatriés que nous avons interrogés.

Quand les collaborateurs préfèrent prudemment travailler à domicile, quand les fournisseurs à l'arrêt ne livrent plus leurs marchandises, quand l'annulation des salons internationaux prive les commerciaux de nouveaux contrats... Comment les entreprises peuvent-elles, malgré tout, essayer de poursuivre leurs activités ? "Trends-Tendances " vous livre neuf clés pour fonctionner pendant l'épidémie.

Malgré la crise sanitaire à sa porte, Singapour est en passe de gagner la bataille des capitales du business asiatiques. La cité-Etat prospère grâce à la société d'investissement publique Temasek, à la pointe d'un écosystème qui ne cesse de se réinventer.

De manière surprenante certainement, la première grande mesure prise par le gouvernement Johnson après la déclaration officielle du Brexit, le 31 janvier, a été une nationalisation.

La start-up vegan américaine Impossible Foods, qui a largement participé à l'essor des alternatives à la viande avec son steak à base de végétaux, veut s'attaquer à un aliment encore plus répandu: le porc. La société californienne, qui commercialise désormais ses produits aux Etats-Unis, à Hong Kong, Macau et Singapour, a présenté sa nouvelle gamme de produits à l'occasion du grand salon de l'électronique et des technologies CES à Las Vegas.

La large victoire promise au Premier ministre conservateur britannique Boris Johnson aux législatives lui laisse les coudées franches pour définir quel type de Brexit il compte mettre en oeuvre, en restant plus ou moins proche de l'UE, soulignent vendredi les analystes.