Tout sur Siemens

La société électronique Siemens souhaite réaliser des coupes dans sa division "Process Industries & Drives" (processus industriels). Quelque 2.500 postes sont menacés au niveau global, dont 2.000 en Allemagne, a annoncé l'entreprise mercredi à Munich.

Le conglomérat allemand Siemens mène des discussions exploratoires avec le canadien Bombardier autour d'une fusion de leurs activités ferroviaires, rapporte mercredi le Wall Street Journal (WSJ). Bombardier possède un site à Bruges.

Le conglomérat industriel allemand Siemens a annoncé jeudi qu'il allait supprimer 4.500 emplois supplémentaires dans le monde, dont 2.200 en Allemagne, en plus des 7.800 suppressions déjà prévues dans le cadre e sa réorganisation annoncée il y a un an. L'impact éventuel de cette nouvelle restructuration en Belgique, n'est pas encore connu, a indiqué une porte-parole de l'entreprise.

Les constructeurs Alstom et Siemens sont sur le point de finaliser un accord visant à mettre fin aux recours croisés au Conseil d'Etat introduits pour contester des marchés attribués par Infrabel, le gestionnaire de l'infrastructure ferroviaire belge, révèle vendredi L'Echo.

Siemens vient d'introduire un recours (suspension et annulation) au Conseil d'État (CE) contre un marché public de 30 millions attribué à la mi-décembre par Infrabel à Alstom. Il vise la fourniture des équipements en circuits de voies permettant de détecter les trains sur un tronçon donné, peut-on lire vendredi dans L'Echo.

La SNCB exige une indemnisation d'au moins 60 millions d'euros de la part du constructeur allemand Siemens Transport en raison des avaries techniques récurrentes que la société ferroviaire connaît avec les trains Desiro.

L'allemand Siemens et le japonais Mitsubishi Heavy Industries (MHI) ont annoncé une amélioration de leur offre sur certains pans d'activité du français Alstom tandis que Siemens met ses activités de signalisation à disposition.

Le conseil d'administration d'Alstom a annoncé mercredi étudier "l'adossement" de sa branche énergie à l'américain General Electric, dont il a reçu une offre ferme de 12,35 milliards d'euros, sans fermer la porte à d'autres offres non sollicitées, notamment celle de l'allemand Siemens.

Les travailleurs belges des entreprises Total et Siemens ne pourront bientôt plus consulter leurs mails en dehors des heures de bureau, rapporte L'Echo mardi. Cette mesure doit permettre de faire baisser le nombre de cadres souffrant du syndrome d'épuisement professionnel, aussi appelé "burn-out".