Tout sur Siemens

Le conglomérat allemand Siemens a fait état mercredi d'un bond de son bénéfice net de 38% au premier trimestre de son exercice décalé 2020/2021, porté par ses activités numériques, bénéficiant de "meilleures conditions" après une année marquée par la crise sanitaire.

En partance après avoir introduit en Bourse la division énergie du groupe, le CEO de Siemens explique pourquoi les grands conglomérats n'ont plus la cote, et offre sa vision de l'industrie de demain. Son incontournable : une politique économique et diplomatique commune à tous les Européens : "Séparément, la France et l'Allemagne ne pèsent rien".

Le groupe allemand Siemens pourrait être amené à supprimer 20.000 emplois, dans le cadre de la nouvelle stratégie "Vision 2020+", rapporte vendredi le mensuel allemand Manager-Magazin, citant des propos attribués au CEO de Siemens, Joe Kaeser, à l'occasion de rencontres avec des investisseurs début août. Contacté par l'agence de presse financière Bloomberg, un porte-parole de Siemens n'a pas souhaité confirmer l'information.

Au cours du premier trimestre 2018, 125 perturbations du trafic consécutives au dérangement d'un système de détection des trains dans les voies ont été recensées. Elles ont causé 9.000 minutes de retard (1h40 chaque jour), soit deux fois plus que sur la même période de l'année précédente, indique mardi Infrabel le gestionnaire de l'infrastructure ferroviaire.

L'avionneur européen Airbus, l'industriel allemand Siemens et le motoriste britannique Rolls-Royce ont annoncé mardi un partenariat visant à développer à court terme un démonstrateur de vol, une "étape significative" dans les moteurs hybrides et électriques pour l'aviation commerciale.

Objectif rentabilité: l'industriel allemand Siemens, déjà largement bénéficiaire, a détaillé jeudi à ses employés un vaste plan de restructuration qui menace des milliers d'emplois dans le secteur énergétique, en pleine transition.

Le français Alstom et l'allemand Siemens vont fusionner "entre égaux" leurs activités ferroviaires, une alliance économique pour contrer le géant chinois CRRC mais aussi politique, discutée entre l'Elysée et la chancellerie.

Les groupes français Alstom et allemand Siemens pourraient annoncer mardi le rapprochement de leurs activités ferroviaires, mais ce qui est présenté comme un "Airbus du rail" suscite des critiques en France quant à la perte d'un fleuron national et la possible "casse sociale".

Les groupes français Alstom et allemand Siemens pourraient officialiser ce mardi le rapprochement de leurs activités ferroviaires qui passeraient sous contrôle du groupe allemand, un choix de politique industrielle délicat au jour d'un discours sur l'Europe du président français Emmanuel Macron.