Tout sur Shell

Le géant pétrolier et gazier Shell va supprimer entre 7.000 et 9.000 emplois de par le monde d'ici 2022, en raison de conditions de marché difficiles dans le secteur pétrolier liées à la crise du coronavirus, a-t-il indiqué mercredi.

Des milliers d'emplois sont menacés chez le géant pétrolier et gazier Shell, écrit mardi le journal britannique The Times. L'entreprise doit publier mercredi une mise à jour commerciale intermédiaire en prévision des résultats trimestriels. On en saura peut-être alors davantage.

Quand on dresse un business plan, on préconise souvent le recours à des scénarios. Il s'agit alors d'établir des prévisions de chiffre d'affaires et de bénéfices en fonction d'eux. Une entreprise peut, par exemple, imaginer différents scénarios pour évaluer l'impact sur ses activités de phénomènes comme une hausse du dollar, une baisse du coût du pétrole, etc.

Combien de descriptions du paysage de l'entreprise ne s'inspirent-elles pas du règne animal ? Les petites sociétés sans grandes perspectives de croissance sont qualifiées de souris. Les grands groupes comme Philips, Shell et autres Siemens, d'éléphants. Les sociétés dont l'agilité le dispute à l'élégance sont des gazelles. Les plus impressionnantes, enfin, sont des licornes, ces start-up valorisées à un milliard de dollars au moins.

"Les gens ne devraient pas avoir honte de prendre l'avion. Dire qu'il en faut moins dans les airs est un raisonnement simpliste", a affirmé jeudi la compagnie aérienne à bas coûts Ryanair, réagissant à l'importance de la question climatique et des émissions de CO2 ces derniers mois. "Certains avions sont moins polluants que d'autres et opter pour les nôtres, plus récents, c'est choisir de produire moins de CO2", a vanté son directeur marketing Kenny Jacobs lors d'une conférence de presse à Bruxelles.

Les appétits s'aiguisent au moment où les Etats-Unis produisent plus de brut que la Russie ou l'Arabie saoudite. Première fusion : Chevron met la main sur Anadarko pour devenir le roi du " fracking " américain.

Eneco, maison mère néerlandaise d'Eneco Belgium, va être privatisée avant l'été. De grands groupes énergétiques ont manifesté leur intérêt : Shell, Total et Engie.