Tout sur seconde résidence

Comment choisir entre la qualité de vie italienne, le soleil espagnol, la proximité française ou l'accessibilité portugaise ? " Trends-Tendances " vous donne quelques clés. Même si le critère majeur reste souvent le coup de coeur.

A l'heure où les taux de crédits hypothécaires sont au plus bas et où les comptes épargne ne rapportent plus rien ou presque, l'immobilier reste un investissement sûr aux yeux des Belges. C'est en tout cas ce que révèle une étude menée par le leader du marché des crédits hypothécaires, BNP Paribas Fortis, sur ses clients et que détaille le journal Le Soir.

De plus en plus de Belges abandonnent la caravane résidentielle à la côte ou le chalet dans les Ardennes. Ils préfèrent une vraie seconde résidence à l'étranger. Mais il s'agit de bien s'informer au préalable car chaque pays a ses propres obligations, règles juridiques et impôts.

La France ne s'arrête pas aux flots bleus de la Côte d'Azur. Le prix de l'immobilier sur sa côte nord offre de belles perspectives aux Belges qui souhaitent acquérir une résidence secondaire à l'étranger.

Les prix des logements en Italie atteindront bientôt leur plus bas niveau depuis 10 ans. Sur le marché des résidences secondaires, la concurrence fait rage : les citoyens des pays dont la monnaie est forte ont eux aussi envie de profiter de la douceur du climat italien.

Après l'envolée des prix immobiliers, le marché turc a connu un léger tassement l'an dernier. La crainte de voir une bulle immobilière éclater s'est muée en un optimisme prudent.