Tout sur Scandale Volkswagen

De nouvelles plaintes continuent d'être déposées en Allemagne contre le constructeur automobile Volkswagen, qui a trafiqué ses moteurs, et fait déjà face à des demandes de dommages et intérêts de plus de 5 milliards d'euros de la part d'actionnaires.

Le dieselgate se calme en Europe, où les remises en conformité coûteront moins cher qu'anticipé, peut-être un milliard d'euros pour plus de 8 millions de voitures concernées. En revanche, aux Etats-Unis le ton monte, le département de la justice ouvre une action qui pourrait coûter à VW plus de 19 milliards de dollars.

Séoul a ordonné à Volkswagen de rappeler 125.500 véhicules diesel, des tests ayant confirmé qu'ils étaient équipés de moteurs truqués faussant les résultats des contrôles antipollution. De son côté, la Californie a donné 45 jours au constructeur allemand pour présenter un plan de modification de ses véhicules équipés de moteurs truqués.

Contrairement à la Région flamande, qui a décidé d'attaquer Volkswagen sur le terrain judiciaire, la Région wallonne devrait opter pour une résolution à l'amiable avec le constructeur allemand dans l'affaire du scandale relatif aux manipulations des émissions des véhicules VW, rapporte L'Echo mercredi.

L'Allemand Volkswagen, qui s'est rendu coupable de plusieurs tromperies sur ses moteurs, a annoncé lundi son intention de verser en compensation 1.000 dollars par voiture aux automobilistes américains concernés, les consommateurs allemands attendant eux aussi un geste.

"On essaie aujourd'hui de jeter le diesel à la poubelle, mais il reste important pour réduire les émissions de CO2", a déclaré lundi Denis Gorteman, CEO de D'Ieteren, lors d'un débat sur le rôle des entreprises et des syndicats dans la lutte contre le réchauffement climatique, initié par la ministre de l'Environnement et de l'Énergie Marie Christine Marghem.

Le scandale sur les émissions de Volkswagen (VW) a secoué le monde automobile ces dernières semaines, et les effets se répercuteront sur l'ensemble de la chaine logistique. Les fabricants de véhicules devraient être confrontés à une hausse des coûts pour répondre au resserrement des normes liées aux émissions et à la sévérité des procédures de test ; en outre, la perspective de répercuter cette hausse des coûts sur le client est désormais faible en raison des faibles cours du pétrole et du " problème d'image " que rencontre le secteur.