Tout sur Ryanair

Ryanair a dénoncé mardi l'aide d'Etat allemande de 9 milliards d'euros accordée au groupe aéronautique Lufthansa, maison-mère de Brussels Airlines. Couplée à une aide salariale importante déjà accordée à la compagnie, cela renforcera encore l'emprise du monopole de Lufthansa sur le marché du transport aérien en Allemagne, déplore le transporteur irlandais à bas coût.

La Belgian Cockpit Association (BeCA) évoque lundi soir une menace d'un licenciement de 25% des pilotes Ryanair basés en Belgique. La crise sanitaire du coronavirus Covid-19 "ne peut en aucun cas servir de prétexte à Ryanair pour contourner la législation belge du travail", s'insurge l'organisation professionnelle représentant les pilotes de ligne en Belgique. Ceux-ci enjoignent la compagnie aérienne à bas coût de devenir "un employeur socialement responsable".

Le transporteur aérien Ryanair a dégagé un bénéfice net d'un milliard d'euros pour l'exercice achevé fin mars, en hausse de 13%, mais prévoit d'être dans le rouge pour le trimestre en cours, qui sera marqué par les effets de la pandémie de coronavirus. Le groupe prévoit ainsi d'essuyer une perte "supérieure à 200 millions d'euros au premier trimestre", celui où les effets du confinement, qui a entraîné une annulation quasi totale du trafic aérien, se sont faits pleinement sentir, et une perte un peu moindre au second trimestre.

Après British Airways ou Ryanair, c'est au tour de Brussels Airlines d'annoncer la couleur sur la cure d'amaigrissement que la compagnie va subir. Elle annonce une réduction de 25% de ses effectifs, soit plus de 1000 personnes, sur un total de 4.200 salariés (3.750 équivalents temps plein). Si possible par départs volontaires. Et une baisse de la flotte de 30%.

La compagnie aérienne Ryanair annonce mardi la reprise de 40% de ses vols à partir du 1er juillet et la mise en place de mesures sanitaires comme le port de masques et des prises de température pour les voyageurs et le personnel de bord, mais sans imposer la distanciation sociale.

La compagnie aérienne Ryanair a averti vendredi que ses bénéfices seraient dans le bas de ses attentes pour son exercice annuel achevé fin mars, qui n'intègre que le début des perturbations liées au coronavirus et l'arrêt de presque tous ses vols.