Tout sur Ryanair

Ryanair envisage de transférer à l'aéroport de Charleroi certains des employés concernés par le retrait, en avril prochain, d'un des quatre avions de Ryanair basés à Zaventem, à en croire un courrier interne de la compagnie irlandaise qu'a pu consulter l'agence Belga. Les travailleurs en question ont jusqu'à ce vendredi pour faire connaître leur choix de rester ou non au sein de l'entreprise et de signaler quelles sont leurs préférences de base. La direction annoncera, quant à elle, sa décision d'ici au 31 janvier.

De nouvelles révélations font état d'une culture d'entreprise à la dérive chez l'avionneur américain. Avec peu de respect pour le client, le régulateur et les collègues.

Ryanair s'attend à ce que la disparition du voyagiste britannique Thomas Cook lui permette d'attirer de nouveaux clients. L'entreprise irlandaise a, par ailleurs, à nouveau plaidé mardi pour des tests de résistance financiers plus robustes des compagnies aériennes afin d'éviter de nouvelles faillites soudaines.

"Les gens ne devraient pas avoir honte de prendre l'avion. Dire qu'il en faut moins dans les airs est un raisonnement simpliste", a affirmé jeudi la compagnie aérienne à bas coûts Ryanair, réagissant à l'importance de la question climatique et des émissions de CO2 ces derniers mois. "Certains avions sont moins polluants que d'autres et opter pour les nôtres, plus récents, c'est choisir de produire moins de CO2", a vanté son directeur marketing Kenny Jacobs lors d'une conférence de presse à Bruxelles.

La compagnie aérienne irlandaise Ryanair n'est pas candidate à la reprise des divisions aériennes de Thomas Cook, a fait savoir le patron de la compagnie à bas coûts, Michael O'Leary, au cours d'une conférence de presse à Vienne. Le directeur marketing de l'entreprise irlandaise Kenny Jacobs a, lui, plaidé depuis Bruxelles pour que l'on procède à une sorte de 'stress test' des compagnies aériennes en Europe, à l'image de ce qu'il s'est passé pour les banques après la crise financière de 2008. Cela afin d'éviter de nouvelles faillites dans un secteur durement touché ces derniers mois.

L'audience introductive dans l'action judiciaire collective de Test Achats contre Ryanair aura lieu ce vendredi. Elle porte sur les multiples grèves du personnel de la compagnie aérienne à bas coûts de l'été 2018 et vise à ce que les quelque 40.000 passagers concernés en Belgique par ces mouvements puissent être indemnisés. D'après l'estimation de l'organisation de consommateurs, ils ont ensemble droit à environ 16 million d'euros. Plus de 1.150 personnes se sont inscrites via le site internet de Test Achats.

Brussels Airport a accueilli plus de 5,3 millions de passagers pendant les deux mois d'été, dont plus de 2,6 millions en août, indique-t-il jeudi. Cela représente une hausse de de fréquentation de 2,6% par rapport à la même période un an plus tôt. Les voyageurs ont été très nombreux, tant en juillet qu'en août, avec un record historique de 98.076 personnes sur la seule journée du lundi 29 juillet.

Les pilotes espagnols de Ryanair menacent de débrayer à nouveau, durant cinq jours en septembre. Le syndicat espagnol SEPLA explique que des réunions de conciliation doivent encore avoir lieu dans les jours à venir mais que si elles s'avèrent infructueuses, la grève sera effective. Les pilotes protestent contre la fermeture prévue de quatre bases, qui menace 512 emplois, dont 120 de pilotes, selon l'organisation syndicale.

La compagnie aérienne Ryanair va supprimer quatre bases en Espagne et lancer un plan social qui "pourrait concerner" 512 emplois de pilotes et personnel de cabine, a annoncé dans un communiqué le syndicat USO, alors qu'une grève est prévue pour septembre.