Tout sur Rossel

LN 24, la petite chaine d'information en continu qui a apporté un grand vent de fraicheur dans le paysage audiovisuel francophone n'a que deux ans au compteur. Pourtant, malgré son jeune âge, elle est déjà mise en vente (en totalité, en partie ou via une augmentation de capital ouverte à de nouveaux actionnaires) par ses deux principaux actionnaires Besix et Belfius (plus précisément, la partie assurance du groupe bancaire).

La vente de RTL Belgique au duo d'éditeurs Rossel et DPG Media rebat les cartes du marché publicitaire. Gros plan sur un futur "champion national" dont la mission première sera de tenir tête aux géants du net.

L'avantage de collaborer pour un média de service public comme la RTBF pour cette chronique, c'est son indépendance, ce qui me permet aujourd'hui de vous parler d'un concurrent ; à savoir, RTL-TVI. RTL-TVI qui, comme vous le savez, vient d'être vendu par sa maison-mère allemande à un duo d'industriels belges des médias.

Les groupes Rossel et DPG Media s'offrent RTL Belgique pour 250 millions d'euros. Un virage stratégique pour donner naissance à un "champion national" contre les GAFAN.

Les groupes Rossel et DPG Media s'offrent la filiale belge de RTL Group pour 250 millions d'euros. Un achat stratégique pour aligner un nouveau "champion national" contre les Gafan.

Le rachat, annoncé lundi matin, de RTL Belgium à RTL Group par les groupes médias flamand DPG Media et francophone Rossel était, au vu de la situation, "la seule formule envisageable", réagit Frédéric Antoine, professeur à l'UCLouvain et spécialiste dans l'analyse sociologique et l'économie des médias belges. Cette opération donne, selon lui, avant tout naissance à un nouveau groupe média transcommunautaire, qui sera un acteur très important sur le marché publicitaire belge.

Christian Van Thillo (DPG Media) et Bernard Marchant (Rossel), patrons flamand et francophone, des deux plus importants groupes médias en Belgique, confirment lundi le rachat de RTL Belgium, dans un entretien publié par Le Soir et les titres Sudpresse.

Les groupes DPG Media et Rossel unissent leurs forces pour acquérir RTL Belgique, rapporte De Tijd mardi. Un accord serait dans la dernière ligne droite, selon le quotidien. DPG Media oeuvrerait aussi en parallèle à une reprise de RTL Nederland.

Le géant de la recherche vient d'être reconnu coupable par l'Autorité française de la concurrence d'abus de position dominante en matière de publicité en ligne. Il doit s'acquitter de 220 millions d'euros. Avec quel impact sur les concurrents et sur le marché de la pub sur le net?

Coups de bluff, oeillades et surenchères: la vente de l'entreprise audiovisuelle ressemble à une joute feutrée où les adversaires cachent plutôt bien leur jeu. Au-delà de l'intrigant spectacle, c'est tout le paysage médiatique francophone qui risque d'être chamboulé. Explications.

Le Groupe Rossel a annoncé lundi, par communiqué, racheter le solde des actions (50%) de la société "Mass Transit Media" (MTM), qui édite le journal Metro, au groupe média Mediahuis. Il contrôle ainsi désormais le titre gratuit, publié dans les deux langues et distribué à tous les navetteurs du pays.

Le groupe RTL, qui possédait jusqu'ici 66% de sa filiale belge, va racheter les parts des autres actionnaires présents via Audiopresse. Les spéculations sur l'avenir de RTL Belgium reprennent.

Dans le débat parlementaire qui se cristallise autour du futur de "L'Avenir", le CEO du groupe Rossel a plutôt évoqué son intérêt pour l'opérateur Voo même si, rappelle-t-il, ces deux sociétés du groupe Nethys ne sont pas à vendre. Du moins pas encore...

La situation financière des Editions de l'Avenir est désastreuse et la restructuration s'avère donc nécessaire. Mais au-delà du sauvetage du journal, c'est surtout son futur qui se joue aujourd'hui dans un paysage médiatique en pleine ébullition. Les scénarios sont multiples, au sein et en dehors du groupe Nethys, et c'est le monde politique liégeois qui tranchera.

La direction des Éditions de l'Avenir a annoncé mardi, au cours d'un conseil d'entreprise, son intention de supprimer 60 équivalents temps plein, sur un total de 280 travailleurs. Selon la direction, ce "plan de redéploiement", qui passe par un licenciement collectif, vise à garantir le futur de l'éditeur du journal L'Avenir dans un contexte de baisse généralisée des ventes des titres de presse.

Le groupe de médias Rossel, à qui appartiennent Le Soir et les journaux Sudpresse notamment, détient désormais 75% des parts du groupe Grenz-Echo, la famille Küchenberg ayant décidé de se retirer du capital après 32 ans, annonce-t-il mardi soir. Il en avait 50% en sa possession jusqu'à présent.

Si elle veut survivre dans un écosystème aujourd'hui menacé par les géants du Net, RTL Belgique n'a pas d'autre choix que de licencier et de se réinventer. En coulisse, plusieurs observateurs interprètent pourtant ce "plan de transformation" comme une étape nécessaire à la revente de la filiale belge par la maison mère. Zoom sur cinq scénarios probables d'acquisition.