Tout sur RGPD

Les entreprises sont forcées de faire massivement télétravailler leurs employés en raison de l'épidémie de coronavirus. L'infrastructure et les données de l'organisation courent dès lors un risque accru de devoir faire face à des virus informatiques. Il est aujourd'hui évident que nos mécanismes de protection conventionnels, quelle que soit la qualité de leur implémentation, ne suffisent pas pour protéger une entreprise de manière optimale. Un intrus peut les franchir via une porte dérobée. Voilà pourquoi les entreprises ont tout intérêt à appliquer le principe du "zero trust": ne faire confiance à personne et n'octroyer un accès aux utilisateurs qu'aux seuls éléments auxquels ils ont droit.

Imaginez : vous terminez vos courses, arrivez en caisse et, au lieu de devoir sortir votre carte bancaire, vous apposez votre pouce sur un écran, votre compte étant alors automatiquement débité. C'est ainsi que le distributeur français entend nous permettre de payer à l'avenir. "Aucun test en magasin n'est mené à ce stade mais nous effectuons des recherches techniques et légales afin de nous assurer que nous restons bien dans les clous", explique sa porte- parole, Siryn Stambouli.

Bien que touchant tous les types d'entreprises, la cyberfraude demeure taboue en raison des importants dégâts redoutés en termes d'image. La sensibilisation est pourtant cruciale, la protection la plus efficace étant simplement de ne pas faciliter la tâche des fraudeurs potentiels.

L'application FaceApp fait fureur en ce moment car elle permet notamment de nous vieillir -du moins nos photos- avec beaucoup de crédibilité. Amid Faljaoui nous parle du volet privé dont personne ne parle mais qui est important.

Un an après l'entrée en vigueur du RGPD, l'autorité de contrôle n'a pas réalisé la moindre inspection, ni prononcé la moindre sanction. Rencontre avec deux directeurs fraîchement nommés, qui veulent insuffler une nouvelle dynamique à l'institution.

Avec les nouvelles technologies, il est possible de suivre à la trace ses employés, via le téléphone ou la voiture de fonction, par exemple. Mais est-ce autorisé par la loi ? Oui, mais seulement à certaines conditions.

Le PDG de Facebook Marc Zuckerberg, qui publie ses résultats mercredi au terme d'une "annus horribilis", affirme que le groupe "ne vend pas les données des gens". Mais les données personnelles, dont le poids va croissant, représentent une manne indirecte de richesses pour certaines entreprises.