Tout sur Renaud Mazy

La revalorisation du métier d'infirmier/ère est indispensable. Un refinancement de la santé aussi? "D'un point de vue macro, la Belgique dépense autant que les pays voisins, souligne Renaud Mazy, (Cliniques universitaires Saint-Luc à Bruxelles). Dépense-t-on donc trop peu? La réponse est non.

Dans la tourmente, à cause du covid, mais aussi de façon structurelle, les établissements hospitaliers résistent tant bien que mal. Leurs directions ne manquent pas d'idées pour révolutionner le modèle après la crise. Témoignages de chefs d'entreprise au coeur de la tempête.

Pour éviter la saturation des soins intensifs, ne suffit-il pas d'ouvrir davantage de lits? La solution est souvent avancée depuis deux ans. "Ce n'est pas aussi simple, coupe Gauthier Saelens (Grand Hôpital de Charleroi). Le principal problème, c'est que nous n'avons pas les bras. Ouvrir des lits, cela n'a aucun sens."

Une quinzaine d'hôpitaux belges vendent les données (anonymisées) de leurs patients à un acteur privé pour 22 euros par dossier. Cette information publiée par "Le Soir" est l'occasion de demander à Renaud Mazy, CEO des Cliniques universitaires Saint-Luc, ce qu'il en pense.

Aucun secteur d'activité ne sera épargné par le tsunami promis par l'intelligence artificielle. Si la santé constitue déjà l'un des grands domaines d'innovation en la matière - probablement le plus spectaculaire -, l'énergie et le marketing, comme tant d'autres, ne seront pas en reste. Nous avons sondé plusieurs patrons belges sur le sujet.