Tout sur Relations internationales

Le gouvernement britannique a annoncé mardi reporter l'introduction des contrôles douaniers complets sur les importations en provenance de l'Union européenne, dans une démarche "pragmatique" alors que le Royaume-Uni est déjà confronté à des difficultés d'approvisionnements.

L'UE et la Chine ont "conclu en principe" les négociations sur un vaste accord sur les investissements, ont annoncé sur Twitter la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et son homologue du Conseil Charles Michel après une visioconférence avec le président chinois Xi Jinping.

A la veille de la sortie du Royaume-Uni du marché unique européen, les dirigeants de l'UE ont signé mercredi l'accord post-Brexit conclu avec Londres pour encadrer la rupture historique, qui doit dans la journée être paraphé par Boris Johnson et soumis au vote des parlementaires britanniques.

L'accord commercial finalement conclu entre l'Union européenne et le Royaume-Uni dans le cadre de l'après Brexit, qui sera effectif le 1er janvier, ne change pas grand-chose pour la douane belge, estime lundi une porte-parole du SPF Finances. La douane était préparée aux formalités en cas de "no deal".

Les représentants des Vingt-Sept ont donné leur feu vert lundi à une application provisoire au 1er janvier de l'accord commercial post-Brexit conclu entre Bruxelles et Londres, dans l'attente d'une approbation par les eurodéputés prévue d'ici fin février.

Quelque 450 banques publiques de développement dans le monde, réunies pour la première fois en sommet, se sont engagées jeudi à réorienter leurs investissements et flux financiers pour répondre aux objectifs climatiques et de développement fixés par l'ONU et l'Accord de Paris en 2015.

Theresa May va-t-elle parvenir à ses fins et faire adopter l'accord de divorce qu'elle a conclu avec Bruxelles ? Les partisans du Brexit, qui ont jusqu'ici voté contre, pourraient s'y ranger plutôt que de risquer un report de la sortie, voire pas de sortie du tout, estiment les analystes.

La Chine "ne restera pas les bras croisés" si ses citoyens sont "maltraités" à l'étranger, a déclaré mardi le ministre chinois des Affaires étrangères, un apparent sous-entendu à la détention au Canada d'une dirigeante de Huawei.