Tout sur régie des bâtiments

La Régie des Bâtiments, et surtout le service extérieur Bruxelles I, était totalement corrompue, selon les déclarations du substitut du procureur du Roi Olivier Coene lundi, à l'ouverture du procès pour corruption. "Qui allait travailler à la Régie, pouvait choisir: s'intégrer ou être transféré", a-t-il résumé.

La Régie des bâtiments a lancé une procédure pour la fourniture d'énergie verte dans 988 bâtiments publics fédéraux dont elle assure la gestion.

Un des derniers appels d'offre (procédure négociée avec publicité) de la Régie des Bâtiments avait pour objet de reloger un service du SPF Justice, la Direction générale des établissements pénitentiaire. La décision officielle vient de tomber. Elle émane de Didier Reynders, le ministre de tutelle de la Régie des Bâtiments et elle fait déjà jaser du côté des courtiers éconduits, surpris par l'argumentaire laconique.

Les fonctionnaires fédéraux chargés de contrôler partout dans le pays les conditions de travail deviennent eux-mêmes malades à cause du bâtiment dans lequel se trouvent leurs bureaux.

En trois ans, l'Etat a vendu plus de 800.000 m² d'immobilier, du bureau pour l'essentiel, et en a reloué ensuite une majorité. Résultat : 840 millions d'euros en rentrées... mais des centaines de millions en dépenses locatives.