Tout sur PTB

Robert Vertenueil, président de la FGTB, et Raoul Hedebouw, porte-parole et député du PTB, ont tous deux exprimé mercredi matin en radio leur incompréhension face à une liste de secteurs "essentiels" jugée très (trop) étendue, et leur regret que certains employeurs ne semblent pas vouloir tenir compte des consignes de distanciation sociale pour éviter les risques de contamination entre travailleurs.

La réunion entre employeurs et syndicats des soins de santé, qui s'est tenue jusque tard lundi soir, s'est soldée par un échec, annonce mardi la CSC par communiqué. Après douze heures de négociations, "il est apparu clairement que les fédérations patronales restent dans une logique de win-win. Tout ce qu'elles concèdent doit être compensé", note le syndicat chrétien. Aucun accord n'a dès lors pu être dégagé et la CSC envisage de nouvelles actions.

Des générations de journalistes ont appris que lorsque l'actualité n'a pas de talent, il faut lui en donner. Les politiques francophones ont cru lui en donner entre Noël et Nouvel An lorsqu'ils ont fustigé l'interview conjointe accordée par Peter Mertens, le président du PTB, et Tom Van Grieken, le jeune président du Vlaams Belang, à l'hebdomadaire dominical flamand "De Zondag".

L'amendement du PTB visant à créer un fonds "blouses blanches" de 67 millions d'euros n'est pas crédible aux yeux du cdH. "Faut-il refinancer les soins de santé? Les blouses blanches sont-elles sous pression? Faut-il renforcer l'attractivité du métier d'infirmier et d'aide-soignant? Trois fois oui! Mais en le faisant vraiment. Et pas en faisant semblant", a lancé jeudi la cheffe de groupe du cdH à la Chambre, Catherine Fonck.

Le conseil d'administration d'Enodia (ex-Publifin), maison-mère de Nethys, se réunit mardi matin à Liège pour se pencher sur la décision de la tutelle wallonne de casser les ventes de Voo, Win et Elicio, filiales de Nethys. La masse des médias a accueilli des administrateurs plutôt remontés, pressés que l'affaire dite "Publifin" arrive enfin à son terme.