Proximus: le gouvernement incite les syndicats au dialogue avec la direction

Proximus: le gouvernement incite les syndicats au dialogue avec la direction

Le Premier ministre Charles Michel a rencontré, lundi après-midi, en compagnie du ministre de l'Economie Kris Peeters et du ministre des Télécommunications Philippe De Backer, les syndicats de Proximus à l'occasion de l'annonce la semaine dernière du plan de transformation qui prévoit le départ de 1.900 personnes et l'engagement de 1.250 nouveaux profils.

Proximus: "Il faut éviter les licenciements secs et l'Etat doit jouer son rôle"

Proximus: "Il faut éviter les licenciements secs et l'Etat doit jouer son rôle"

Les syndicats de Proximus rencontraient lundi à partir de 13h00 le Premier ministre Charles Michel pour faire le point sur le plan de transformation annoncé la semaine dernière par Proximus. Ce dernier prévoit la suppression de 1.900 emplois et l'engagement de 1.250 autres profils.

La bombe sociale Proximus: quels arguments se cachent derrière les 1.900 départs prévus?

La bombe sociale Proximus: quels arguments se cachent derrière les 1.900 départs prévus?

Lire la chronique d'Amid Faljaoui - C'est la bombe sociale de cette semaine: Proximus a annoncé sa volonté de se séparer de 1900 membres de son personnel. Dominique Leroy, la patronne de Proximus, a expliqué à la presse le pourquoi de ce plan de transformation de son entreprise. Amid Faljaoui, notre chroniqueur éco, nous explique ses arguments.

Proximus envoie déjà les 58 ans et plus en pension anticipée

Proximus envoie déjà les 58 ans et plus en pension anticipée

Les travailleurs de Proximus qui voient leur poste disparaître, peuvent depuis 2016 partir à la pension à partir de 58 ans. Ce système a été prolongé au début de cette année, même si le soutien politique à cette mesure se fait attendre, relève De Standaard, vendredi.

Proximus: quelques arrêts de travail épars et limités dans des centres d'appel

Proximus: quelques arrêts de travail épars et limités dans des centres d'appel

L'annonce par la direction de Proximus d'un "plan de transformation" à trois ans, passant potentiellement par 1.250 engagements mais aussi 1.900 suppressions d'emploi, a suscité beaucoup d'émotion au sein du personnel. Il a aussi provoqué quelques arrêts de travail épars dans plusieurs centres d'appels de l'opérateur télécoms, mais aucun débrayage d'envergure.

Vodafone annonce vouloir supprimer jusqu'à 1.200 emplois en Espagne

Vodafone annonce vouloir supprimer jusqu'à 1.200 emplois en Espagne

Après Proximus en Belgique, la filiale espagnole du groupe britannique de télécommunications Vodafone a annoncé jeudi son intention de supprimer jusqu'à 1.200 emplois en Espagne, pour faire face à une baisse de ses revenus et bénéfices, sur fond de vive concurrence.

Pourquoi la loi Renault ne s'applique pas à Proximus

Pourquoi la loi Renault ne s'applique pas à Proximus

Proximus est une entreprise publique autonome et est, à ce titre, exclue du champ d'application de la loi Renault sur les licenciements collectifs, précise mercredi le SPF Emploi et Concertation sociale.

Craintes de pertes d'emploi chez Proximus, la cotation de l'action suspendue jusque jeudi matin

Craintes de pertes d'emploi chez Proximus, la cotation de l'action suspendue jusque jeudi matin

La cotation de l'action Proximus, suspendue mercredi matin, ne reprendra pas avant jeudi matin, a fait savoir l'opérateur télécom. Une communication à la presse sera en effet envoyée demain avant l'ouverture de la Bourse de Bruxelles, à 9h00. Un important plan d'économies serait en préparation. Les syndicats ont été convoqués jeudi matin pour être informés des plans de la direction.

Le plan de "transformation" de Proximus impliquerait 1.900 départs et 1.250 engagements

Le plan de "transformation" de Proximus impliquerait 1.900 départs et 1.250 engagements

Le plan de "transformation" de Proximus impliquerait le départ de 1.900 personnes mais aussi 1.250 engagements, a indiqué le ministre de l'Emploi, Kris Peeters, à l'issue d'une réunion avec la CEO et le président du conseil d'administration de l'entreprise, Dominique Leroy et Stefaan De Clerck, le Premier ministre, Charles Michel, et le ministre des Télécommunications, Philippe De Backer.