Tout sur Poutine

Et maintenant, que fait-on ? Oui, que fait-on en Ukraine ? On arrête le massacre ou on continue ? C'est la question qui déchire en ce moment l'Europe en deux blocs.

Le milliardaire américain George Soros a prévenu mardi que la civilisation "peut ne pas survivre" à la guerre en Ukraine, estimant toutefois que l'Europe pourrait être dans "une position plus forte" qu'elle ne le pense concernant le gaz russe.

Les États-Unis ont décidé de mettre fin, à partir de 00H01 mercredi heure de Washington (04H01 GMT), à une exemption permettant à Moscou de payer ses dettes en dollars, a annoncé mardi le Trésor américain, une décision qui pourrait précipiter la Russie dans le défaut de paiement.

Le ministre allemand de l'Économie et vice-chancelier, Robert Habeck, exhorte les Allemands à faire des économies d'énergie pour "énerver Poutine" alors que l'Allemagne cherche à réduire sa dépendance au gaz russe en pleine guerre en Ukraine, dans un entretien vendredi.

Le conflit en Ukraine fait rebondir le débat énergétique déjà particulièrement mouvementé ces derniers mois en Belgique. Alors que les débats houleux de 2021 portaient sur la sécurité d'approvisionnement, l'invasion russe attire l'attention sur le soutien que l'achat de gaz apporte au complexe militaire de la Russie de Poutine. Bien que la Belgique ne soit que peu directement dépendante du gaz russe, la perspective d'ouverture de nouvelles centrales au gaz suscite de nombreuses réactions..

L'Occident n'a pas seulement érigé un rideau de fer financier autour de la Russie pour l'affaiblir sur le plan économique. Il a aussi arrêté presque complètement les exportations de produits et services de haute technologie vers la Russie. Mais même cela ne semble pas être la solution pour affaiblir l'armée russe de manière durable et stopper l'offensive en Ukraine.

L'UE a des trésors de mansuétude pour les oligarques...ukrainiens ! Pourtant, ces derniers sont de fait coresponsables de cette crise géopolitique majeure qui nous affecte tous.

En plus d'être une "catastrophe pour le peuple russe", avec "les sanctions contre la Russie, l'Europe doit éviter de se tirer une balle dans le pied", estime Roland Gillet, professeur d'économie financière à la Sorbonne à Paris et à l'ULB (Solvay). "Épargner les vies des Ukrainiens est le plus important pour le moment, même s'il faut donner pendant un certain temps l'impression à Poutine qu'il existe encore sur la scène internationale".