Tout sur Plan Marshall

Bruxelles dispose officiellement depuis mardi après-midi d'un vaste programme de redéploiement de l'économie et de l'emploi, étalé sur dix ans, après la signature par les ministres régionaux et communautaires compétents -en tout une quinzaine-, ainsi que par les partenaires sociaux de la "Stratégie 2025".

Le gouvernement wallon a approuvé jeudi le Plan Marshall 4.0, troisième mouture du programme de redéploiement économique de la Wallonie lancé il y a dix ans. Il a décidé d'y consacrer 2,9 milliards d'euros autour de cinq axes au cours de la période 2015-2019.

Le ministre-président wallon Paul Magnette (PS) a inauguré ce mardi le concept de " causerie " avec la presse. Au cours d'une discussion informelle, il a évoqué ses relations avec le gouvernement fédéral, l'avenir du Plan Marshall et, surtout, la nécessité de redonner de la vitalité au débat démocratique en Wallonie.

Le gouvernement wallon a présenté ce jeudi les nouvelles orientations du Plan Marshall, afin d'intensifier "la logique d'innovation". Désormais baptisé "Plan Marshall 4.0", il bénéficiera d'un budget de 2,5 milliards sur cinq ans.

Après six années de fonctionnement, les pôles de compétitivité wallons, lancés dans le cadre du "Plan Marshall", ont terminé la conception de quelque 140 produits innovants. Place maintenant à la phase de commercialisation.

Dans 10 ans, la Wallonie verra se réduire les contributions de soutien de l'Etat fédéral par le mécanisme de la loi de financement. Il est temps de réagir, assène l'UWE, qui veut miser sur la croissance des entreprises pour redresser la Wallonie.

Une convention cadre 2010-2014 de collaboration en matière de formation, d'insertion professionnelle et d'enseignement dans le secteur de la construction en Région wallonne et en Communauté française, a été signée vendredi à Namur. Cette convention s'inscrit dans le cadre du Plan Marshall 2.Vert.

Une faille dans le plan Marshall wallon permet à GSK Biologicals de récupérer 1,3 million d'euros auprès de la commune de Rixensart. Un montant lié à un trop-perçu entre 2005 et 2009 par l'administration fiscale fédérale.

Sous peu, Luc Vansteenkiste quittera son poste de CEO de Recticel. Il a accepté d'évoquer ses projets pour la Wallonie, ses mandats d'administrateur et, pour la première fois, de revenir sur l'affaire Fortis-Bois Sauvage pour laquelle il a été privé de liberté durant une semaine.

Le ministre wallon de l'Economie, Jean-Claude Marcourt a lancé officiellement jeudi à Bruxelles avec des représentants des sociétés IBM, Cisco, Microsoft et du Climate Savers Computer Initiative, "l'Euro Green It Innovation Center", qui sera basé à Mons. Ce centre d'expertise au croisement des TIC (Technologies de l'information et de la communication) et du développement durable, devrait ouvrir ses portes au printemps.