Tout sur pierre mariani

Les représentants du gouvernement fédéral au conseil d'administration de Dexia se sont, tout comme ceux des gouvernements wallon et bruxellois, abstenus mercredi lors du vote de décharge de responsabilité des administrateurs du groupe franco-belge, a révélé jeudi matin Didier Reynders.

L'AG de Dexia de mercredi sera donc la dernière pour le CEO Pierre Mariani et le président Jean-Luc Dehaene, qui quitteront le holding "au plus tard le 30 juin 2012". Le temps, "pour le gouvernement belge, de prendre contact avec le nouveau gouvernement français" et nommer leurs successeurs.

L'Etat belge voudrait accélérer les changements chez Dexia et notamment voir partir son CEO, Pierre Mariani, plus vite que prévu. Problème : celui-ci repartirait avec un parachute doré de 1,2 million d'euros. Inacceptable pour les politiques belges indignés... et ce n'est pas la réponse de Pierre Mariani qui devrait les satisfaire.

Le CEO de Dexia Pierre Mariani a gagné en 2011 près d'1,5 million d'euros, mais n'a pas perçu de bonus pour l'année écoulée. Une prime de 150.000 euros a en outre été octroyée pour sa pension complémentaire, ressort-il du rapport annuel de Dexia publié vendredi. En octobre dernier, Dexia a été sauvé par le gouvernement.

Les résultats du groupe Dexia, qui affiche une perte abyssale de 11,6 milliards d'euros pour l'exercice 2011, sont la facture du passé, a commenté jeudi le CEO du groupe franco-belge, Pierre Mariani, en marge de la publication des résultats annuels de Dexia.

Pierre Mariani, CEO de Dexia, persiste et signe : les abysses financiers d'aujourd'hui ont été creusés par les patrons d'hier. Ce n'est pas la première fois qu'il "charge" ainsi ses prédécesseurs... qui en ont autant pour lui. L'occasion d'un Top 5 des "petites phrases" du dossier Dexia, sous forme de quizz.

Dexia dévoilera une perte de quasi 12 milliards d'euros pour 2011, selon le journal Les Echos. Se pose également la question de la future direction d'un groupe en difficulté : un Belge devrait succéder au Français Pierre Mariani comme CEO.

Naufrage de Dexia oblige, les patrons "belges" dont les médias ont le plus parlé cette année furent Jean-Luc Dehaene et Pierre Mariani. Pas forcément en bien, d'ailleurs... Voici les 5 leçons des médias à destination des CEO belges.

Le troisième trimestre a été agité avec une forte dégradation de l'environnement financier, a déclaré mercredi Pierre Mariani, CEO de Dexia, lors d'une conférence de presse. L'impact avant impôts des éléments significatifs au cours des neuf premiers mois s'est élevé à plus de 10 milliards d'euros.

Le président du groupe Dexia Jean-Luc Dehaene et le CEO Pierre Mariani ont assuré lundi devant les députés de la commission spéciale Dexia n'avoir "rien à cacher" et assumer pleinement la responsabilité de l'exécution du plan de restructuration du groupe depuis leur entrée en fonction à l'automne 2008, sans toutefois prétendre n'avoir commis aucune erreur.

La Commission spéciale "chargée d'examiner les circonstances qui ont contraint au démantèlement de la Dexia SA" a tenu une première réunion jeudi. Il a été décidé que l'audition de MM Dehaene et Mariani aura lieu lundi à 14 h.

Dexia Banque Belgique, à 100 % aux mains de l'Etat belge, dévoilera sa nouvelle vision dans la seconde moitié de novembre. On sait d'ores et déjà que cette ex-filiale de Dexia n'est plus cotée en Bourse... et que son avenir se fera sans Pierre Mariani, Jean-Luc Dehaene et Jos Clijsters.

L'Autorité française de contrôle prudentiel a écrit à deux reprises à Dexia Crédit Local, pointant nombre de faiblesses et d'errements dans la gestion de la filiale française de Dexia. C'était plus d'un an avant le second sauvetage en urgence du géant bancaire par les Etats belge et français.

Le CEO de Dexia aurait-il profité d'une suite à l'année dans un hôtel cinq étoiles ? La période est bien entendu propice à la diffusion de ce genre d'informations... Le géant bancaire s'insurge devant cette "rumeur diffamatoire" et réplique, chiffres à l'appui.