Tout sur Pierre-Frédéric Nyst

C'est la polémique dont nous pouvions nous dispenser. Selon une étude de l'économiste écolo Philippe Defeyt, 45 % des cafetiers, restaurateurs et traiteurs bénéficient avec les aides COVID d'un revenu supérieur à ce qu'ils percevaient avant la crise.

Alors que la grande distribution déplore un cadeau fait aux grandes plateformes internationales, d'autres voient dans cette mesure la moindre des solidarités avec le petit commerce.

"Les autorités fédérales et fédérées ont décidé de renforcer encore les mesures de lutte contre le coronavirus. L'urgence de la situation sanitaire s'impose à tous, le monde des entreprises n'y échappe pas", affirme vendredi l'Union wallonne des entreprises (UWE).

Le Cercle de Wallonie a reçu à Namur Etienne Davignon qui a présenté ses mémoires et partagé ses réflexions sur les plans diplomatique, politique et économique.

Selon l'Union des classes moyennes (UCM), certaines entreprises se plaignent du tax shift, n'observant pas la baisse de charges patronales attendue, peut-on lire lundi dans les pages de La Libre Belgique et de La Dernière Heure. C'est notamment le cas du côté des taximen, dont la fédération a interpellé l'UCM à la mi-septembre, avant que celle des coiffeurs ne fasse de même, selon le président de l'UCM Pierre-Frédéric Nyst.

Les indépendants affichent une certaine méconnaissance de leur statut social, ressort-il du Grand Baromètre de la Sécurité sociale des indépendants réalisé par l'Union des Classes Moyennes. Ainsi, pas moins de 41% des sondés ignorent qu'ils peuvent bénéficier d'une indemnité mensuelle à partir du 15e jour d'arrêt des activités en cas d'arrêt maladie.

Pas moins de 83,7% des indépendants estiment que le montant de leur pension constitue le principal aspect de leur statut social à améliorer. Quelque 69% d'entre eux jugent ainsi celui-ci insuffisant, révèle le Grand Baromètre de la Sécurité sociale des Indépendants 2018 diffusé par l'Union des Classes moyennes (UCM) mardi.