Tout sur Paul Magnette

Notre confrère du 'Vif L'Express' Olivier Mouton sort Le jeune Premier, une biographie de Charles Michel. On y apprend comment un farouche défenseur de l'égalité des chances est devenu l'ennemi public n° 1 de toute la gauche.

Le gouvernement wallon a approuvé jeudi le Plan Marshall 4.0, troisième mouture du programme de redéploiement économique de la Wallonie lancé il y a dix ans. Il a décidé d'y consacrer 2,9 milliards d'euros autour de cinq axes au cours de la période 2015-2019.

Le ministre-président a prononcé ce mercredi matin son premier "Discours sur l'état de la Wallonie". Il a insisté sur l'utilisation du territoire, atout que la Wallonie a souvent, dit-il, " gaspillé ".

Le ministre-président wallon Paul Magnette (PS) a inauguré ce mardi le concept de " causerie " avec la presse. Au cours d'une discussion informelle, il a évoqué ses relations avec le gouvernement fédéral, l'avenir du Plan Marshall et, surtout, la nécessité de redonner de la vitalité au débat démocratique en Wallonie.

Le 27 septembre dernier, la Commission européenne a envoyé une mise en demeure à la Belgique, à qui elle reproche de ne pas avoir interdit le transfert d'aides publiques entre le gestionnaire de l'infrastructure (aujourd'hui Infrabel) et l'opérateur ferroviaire (la SNCB), peut-on lire vendredi dans Le Soir.

Le comité ministériel restreint examine vendredi la proposition du ministre Magnette, qui préconise la simplification du groupe SNCB en deux entités avec une société de service assurant le secrétariat social. Les syndicats plaident, eux, pour un modèle "intégré".

La réforme de Paul Magnette s'attaque au salaire des CEO, des membres du comité de direction et du conseil d'administration des entreprises publiques. En revanche, motus sur le salaire des hauts cadres, parfois grassement payés. Un dossier explosif en perspective.

Bpost doit donc rembourser 417 millions d'euros à l'Etat belge. Cela entamera-t-il le service public assuré par l'entreprise, ainsi que ses engagements vis-à-vis de son personnel ? Non, répond son CEO, qui envisage sérieusement, cependant, d'interjeter appel auprès de la Cour de justice européenne.

La Commission européenne a beau se défendre et attaquer les propos tenus par le ministre Magnette la semaine dernière, le socialiste a reçu des soutiens de poids, directs ou indirects, en la personne de Paul De Grauwe, Paul Krugman... et Standard & Poor's.

Olivier Maingain, président du FDF, reproche au gouvernement Di Rupo Ier de présenter un budget qui "manque d'honnêteté politique et intellectuelle", car il l'a construit sur des bases qu'il savait erronées au moment de le déposer au Parlement.

La Commission européenne y va fort, qui conteste notamment le taux de croissance adopté pour la confection du budget 2012 belge. Pour elle, il s'agit d'une question de crédibilité... L'exécutif européen est-il trop exigeant avec la Belgique ?

Ni la Commission européenne ni Steven Vanackere n'ont apprécié les propos virulents de Paul Magnette à l'égard de la première, qui rappelle que les règles strictes critiquées dans certains Etats membres avaient été approuvées par ces derniers. Le second appelle son collègue socialiste à davantage réfléchir...

La Creg met en garde contre une pénurie d'électricité dans les trois ans à venir et propose de repousser la sortie du nucléaire de quelques années. Il s'agirait de "la pire des solutions", rétorque le ministre fédéral de l'Energie, qui voit au contraire, dans le démantèlement des centrales en fin de vie, une opportunité pour notre pays.