Tout sur OTAN

L'Agence de Développement territorial (ADT) de la Région bruxelloise a annoncé le lancement prochain d'un marché pour une mission d'urbanisme d'étude et de suivi en vue du réaménagement de l'actuel site de l'Otan, situé partiellement à cheval sur le territoire de Haren et d'Evere, mais aussi de Woluwe-Saint-Etienne - et donc de Zaventem, en Flandre.

L'Alliance atlantique devrait prendre possession de son nouveau siège bruxellois, un projet pharaonique d'un coût total de plus d'un milliard d'euros, en juillet 2016, un mois après la fin du gros des travaux de construction, qui ont pris un an de retard et coûteront plus d'une centaine de millions d'euros de plus que prévu, ont indiqué mardi le ministère de la Défense et la Cour des Comptes.

Le ministère de la Défense et l'association momentanée belgo-néerlandaise BAM Alliance, chargée de construire le gros oeuvre du nouveau siège bruxellois de l'Otan, ont trouvé un accord octroyant une rallonge de 85 millions d'euros au consortium et à ses partenaires et un délai supplémentaire - jusqu'à l'été 2016 - pour terminer les travaux, a annoncé vendredi BAM.

Ça y est : les manoeuvres finales de construction du nouveau siège de l'Otan ont commencé à Haren (Bruxelles) en bordure du boulevard Léopold III, juste en face du QG historique, fatigué et étriqué après 46 ans de bons et loyaux services.

Les Etats-Unis critiquent vivement certains de leurs alliés de l'Otan, accusés d'utiliser les budgets militaires pour réaliser des économies. C'est particulièrement vrai pour la Belgique.

Pour le Premier ministre Yves Leterme, les futures installations de l'Otan constituent "une preuve visible" du succès de l'Organisation. Le nouveau siège comporte une impressionnante architecture métallique. Une poutre principale supporte huit structures latérales pouvant accueillir 120.000 m² de bureaux.