Tout sur opep

Les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et leurs partenaires, emmenés par l'Arabie saoudite et la Russie, se retrouvent par visioconférence lundi pour arrêter la quantité de brut à remettre sur le marché mondial le mois prochain.

L'Opep, qui fête ses soixante ans, traverse l'une des pires tempêtes de son existence: la demande en pétrole fond entre Covid-19 et transition énergétique, son monopole est entamé et la discorde sévit dans ses rangs. Mais pour les experts, elle est loin d'être finie.

Plus de 12.000 milliards de dollars de perte cumulée pour l'économie mondiale en 2020 et 2021 à cause de la pandémie de coronavirus. Cette "crise pas comme les autres" est bien pire que prévu et la reprise sera plus lente qu'espéré, a prévenu mercredi le Fonds monétaire international.

Reconduire la réduction d'offre de pétrole ou accentuer l'effort ? L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a laissé les marchés dans le doute jeudi, reportant au lendemain l'annonce d'une probable décision destinée à soutenir les prix du brut.

Depuis deux mois, manifestations et violences ont fait des centaines de morts en Irak et forcé le gouvernement à la démission. Mais un secteur reste jusqu'ici hors du tumulte: le pétrole et ses précieux revenus.