Tout sur nyse euronext

Le CEO d'Euronext Bruxelles, Vincent Van Dessel, a fait part mardi, dans le cadre de la présentation des chiffres annuels de la Bourse de Bruxelles, de son opposition à la possible instauration d'une taxe sur la spéculation, estimant qu'une telle taxe priverait le moteur de carburant. Selon lui, "cette taxe touchera surtout les petites entreprises".

Les capitaux levés lors des entrées en Bourse du premier trimestre se sont hissés à 2,299 milliards d'euros. Nettement mieux qu'à la fin de 2011... mais un peu moins bien qu'au premier trimestre de l'année passée.

Deutsche Börse ne jette pas l'éponge : l'opérateur boursier francfortois a officiellement déposé un recours contre l'interdiction de fusionner avec Nyse Euronext assénée, début février, par la Commission européenne.

Ils sont directement visés par les nouvelles mesures d'austérité et le font savoir : fabricants de cigarettes, opérateur boursier et acteurs de la coopération au développement ont donné de la voix contre le dernier ajustement budgétaire de Di Rupo Ier.

Les Etats-Unis avaient accepté la fusion de Nyse Euronext et Deutsche Börse au prix de certaines cessions. La Commission européenne, elle, vient de "tuer" ce projet pour des questions de concurrence. "C'est un jour noir pour l'Europe", déplore la Bourse francfortoise.

Fortement inspiré du crash boursier de l'automne 2008, le film "Margin Call" s'immisce avec délice dans les coulisses d'une banque d'investissement. Nous avons invité deux experts belges du terrain financier à une projection privée : le juge d'instruction Michel Claise et Vincent Van Dessel, patron de la Bourse de Bruxelles. Action !

Les Etats-Unis acceptent la fusion des Bourses Nyse et Deutsche Börse mais au prix de certaines cessions. Il est beaucoup moins sûr que, de notre côté de l'Atlantique, l'Union européenne approuve ce rapprochement.

La Commission européenne s'inquiétait d'une position dominante du futur groupe boursier fusionné Nyse Euronext/Deutsche Börse, qui aurait contrôlé 90 % du marché des dérivés cotés. Les deux Bourses proposent de se séparer de certaines activités en Europe.

"Nous ne pourrions pas obtenir les autorisations du régulateur" : c'est en ces termes que le Nasdaq et ICE, qui avaient lancé une contre-offre hostile sur Nyse Euronext, expliquent leur décision de jeter l'éponge. La Bourse transatlantique devrait pouvoir fusionner en paix avec Deutsche Börse.

L'offre du Nasdaq a été repoussée par le conseil d'administration de Nyse Euronext, qui préfère un rapprochement avec Deutsche Börse. En agissant ainsi, l'opérateur transatlantique "prive ses actionnaires des avantages d'une offre supérieure", selon la place américaine.

Le Nasdaq, allié à ICE, met le paquet pour s'offrir Nyse Euronext : il lance une offre 19 % supérieure au "deal" annoncé par l'opérateur transatlantique et Deutsche Börse le 15 février. Son idée ? Démanteler Nyse Euronext. Rien de moins.

Après les Bourses de Londres et Toronto, ce sont Deutsche Börse et Nyse Euronext qui négocient une fusion. Si celle-ci aboutit, elle donnera naissance au leader mondial des places de marché.

Domicilié au Zoute et s'y adonnant chaque week-end aux joies du golf, le patron de la Bourse de Bruxelles possède un carnet d'adresses à l'image d'un certain "establishment" belge.

Les jours de la Bourse de Bruxelles sont-ils comptés ? Officiellement, non. Mais vu le peu d'intérêt qu'elle suscite encore auprès du grand public et de la communauté financière du pays, certains prédisent sa disparition à terme. Voici cinq pistes pour lui donner un second souffle.

Dès novembre, les transactions opérées sur les PME seront majorées de 25 cents. "Une catastrophe pour le tissu industriel belge !", commente l'un des acteurs des marchés. Plus risquées par nature, les PME ne bénéficient déjà pas d'un engouement soutenu en Bourse...

Nyse Euronext envisagerait de fusionner ses marchés au comptant et de dérivés bruxellois et amstellodamois. Cela signifierait une nouvelle cure d'amaigrissement pour la Bourse de Bruxelles, qui a déjà perdu près de 90 % de son personnel depuis 2000.

Dexia et Lagardère quittent dès aujourd'hui le Cac 40, équivalent français de notre Bel 20, remplacés par Natixis et Publicis. Deux critères expliquent ce choix : la taille du capital flottant et le nombre d'échanges enregistrés.

L'ex-patron de KBC sera proposé au titre d'administrateur de Cofinimmo lors de l'AG du 30 avril prochain. André Bergen est également annoncé au conseil de Taminco (comme administrateur indépendant) et proposé au CA de Nyse Euronext (comme administrateur belge).