Tout sur Nivelles

Ontex, l'entreprise spécialisée dans les produits d'hygiène personnelle, basée à Alost, annonce mardi son intention de démarrer une nouvelle production d'une capacité de 80 millions de masques chirurgicaux (de type IIR) par an, et à ce à partir de septembre, dans son usine située à Eeklo.

Le manager d'Altifort Boart, Bart Gruyaert, confirme mercredi qu'il est en train de constituer une société baptisée Belgium Mask et dont l'objectif est de produire 2,5 millions de masques chirurgicaux par mois. Cette nouvelle société devrait démarrer en juillet 2020 et partagera les locaux d'Altifort Boart à Nivelles. Une vingtaine de personnes devraient être recrutées. Les activités seront limitées dans le temps: il s'agit d'aider à régler la pénurie de masques avec une production belge de masques composés de deux couches extérieures non tissées et une couche intermédiaire filtrante.

Tubize, Braine-l'Alleud et Ottignies tirent le marché vers le haut, avec une offre d'appartements neufs relativement fournie. Si les prix sont en légère hausse dans la plupart des communes de la province, ils restent en recul dans le carré d'or brabançon (La Hulpe, Lasne, Rixensart, Waterloo). Et ce depuis 2014.

La modification du paysage brabançon s'accélère toujours plus vite. Avec davantage d'appartements et une mobilité en rade. Une densification qui reste difficile à accepter pour certains habitants, vu le manque de décisions politiques pour maintenir leur qualité de vie. Il faudra encore du temps pour dénaturer le concept de la quatre façades.

La jeune agence créative spécialisée en aménagement d'espaces de bureaux mise sur le concept et le storytelling. Et ça paie! Wah Wah Design fait carton plein depuis juillet 2018, avec de gros clients comme Schréder, Vinçotte, etc. Romain Wallon, son boss conquérant, en est le cerveau.

Ne rien faire, disait un humoriste britannique, n'est vraiment agréable que s'il y a beaucoup de travail en retard. C'est bien vrai. Quel plaisir y a-t-il en effet à retarder un permis de construire s'il s'agit de bloquer un projet quelques jours ? Le vrai délice, c'est de pouvoir geler une initiative pendant 30 ans.

Beaucoup de gens croient que le RER n'arrivera que dans 10 ans, lorsque les derniers travaux d'infrastructure seront réalisés vers Nivelles. Pourtant, il est déjà là. Il progresse doucement, sous le nom de " train S ". Mais ensuite, il devrait devenir bien plus qu'un train.

Quelques jours après un bureau de conciliation qui s'était conclu sur un constat d'échec et le dépôt d'un préavis de grève, la direction de Match et Smatch (groupe Louis Delhaize) est revenue avec de "meilleures intentions" mardi, rapporte mercredi le front commun syndical. Une nouvelle réunion a permis de confirmer le sauvetage de quatre magasins sur les 16 menacés et de limiter grandement le nombre de licenciements secs.

Le marché brabançon reste dynamique même si ses prix n'évoluent guère depuis trois ans. Le principal enseignement est wavrien. Après des années de léthargie, la cité du Maca dispose enfin d'une offre conséquente de logements neufs. Une offre par contre en recul à Waterloo et Louvain-la-Neuve, deux fers de lance du marché.

Match et Smatch (groupe Louis Delhaize), en difficulté, ont adopté un projet de plan de transformation visant "à redynamiser les deux enseignes" et passant par la fermeture potentielle de 16 magasins et la suppression de 210 emplois, a-t-on appris mardi. Une enveloppe de 40 millions d'euros d'investissement est prévue en parallèle.

Le nombre d'appartements actuellement mis en vente est en recul. Un constat qui semble passager quand on connaît les projets en cours de développement. Notamment dans la région de Nivelles. Quant aux prix, ils restent par contre particulièrement stables dans tout le Brabant wallon, à l'exception de Louvain-la-Neuve.

Proximus a investi 1,8 million d'euros afin d'améliorer la qualité de son réseau sur Stavelot, a annoncé lundi Christophe Nachtergaele, responsable du projet lors de l'inauguration de son Atropos, son nouveau local technique de 200 m2 situé à l'arrière d'anciens bâtiments Belgacom (3.000 m2) devenus aujourd'hui propriété communale.