Tout sur Nissan

Le tribunal de Tokyo a accepté mardi la libération sous caution de l'Américain Greg Kelly, arrêté le 19 novembre à Tokyo en même temps que Carlos Ghosn, ont rapporté des médias japonais. La somme requise pour sortir a été fixée à 70 millions de yens (environ 560.000 euros au cours actuel), selon la chaîne de télévision publique NHK et l'agence Kyodo.

Voici les principaux événements survenus depuis l'arrestation au Japon du PDG de l'alliance de constructeurs automobiles Renault-Nissan-Mitsubishi Motors, Carlos Ghosn, soupçonné de malversations financières qu'il nie.

Le bureau des procureurs de Tokyo a décidé d'inculper Carlos Ghosn, soupçonné d'avoir dissimulé une partie de ses revenus, ainsi que le groupe Nissan en tant qu'entité morale, rapporte vendredi le quotidien économique Nikkei.

Thierry Bolloré, le nouveau CEO de Renault, a vécu jusqu'à la semaine dernière dans l'ombre de Carlos Ghosn, son prédécesseur. Le Breton se distingue à de nombreux égards de son flamboyant patron franco-libano-brésilien actuellement détenu dans une prison à Tokyo. Pourra-t-il régler l'une des crises les plus graves qui frappe le groupe automobile français ?

Carlos Ghosn reste en prison: le tribunal de Tokyo a approuvé vendredi la prolongation de la garde à vue du tout-puissant patron arrêté le 19 novembre à Tokyo dans le cadre d'une affaire de dissimulation de revenus au retentissement mondial.

Carlos Ghosn, accusé par le parquet de Tokyo de dissimulation de revenus, a minoré en connaissance de cause, à partir de 2009, une partie de sa rémunération après l'entrée en vigueur d'une loi l'obligeant à en divulguer le montant intégral, selon une source proche du dossier.

Difficile de savoir ce qui est exactement reproché à Carlos Ghosn puisque le bureau du procureur de Tokyo se retranche derrière le secret de l'instruction. La presse est plus prolixe...

Un grand jet privé assailli au Japon par des hommes en cravate, une conférence de presse monstre convoquée in extremis en fin de soirée, un président français réagissant depuis Bruxelles, les Unes de la presse internationale... L'arrestation surprise de Carlos Ghosn et le déluge d'images pendant la semaine qui a suivi sont à la mesure de la puissance qu'avait le patron franco-libano-brésilien du premier ensemble automobile mondial.

Le conseil d'administration de Nissan a voté jeudi soir à l'unanimité la révocation de Carlos Ghosn de son poste de président, après la révélation de malversations financières présumées, a annoncé le géant japonais de l'automobile, tout en réaffirmant son engagement envers son allié Renault.