Tout sur MR

Il y une mauvaise blague qui circule à l'égard du MR et qui dit en substance que s'il faut 11 personnes pour encadrer les éventuels dérapages de son jeune président, c'est un mauvais signal qu'envoie ce parti libéral qui n'a eu de cesse de dire qu'il y a trop de fonctionnaires!

De nombreux indépendants n'ont toujours pas touché les indemnités promises alors que leur activité était à l'arrêt forcé. 25% des paiements devraient encore être effectués car les organismes de paiement accusent un certain retard, rapporte Le Soir mardi.

Le ministre de l'Economie Willy Borsus (MR) est convaincu que l'appui d'un mentor peut aider les jeunes entrepreneurs à dépasser les réticences à la croissance, notamment cette peur de perdre la maîtrise de l'outil.

L'éviction de Robert Vertenueil de la présidence de la FGTB n'a aucun lien avec une quelconque radicalisation du syndicat sous l'impulsion du PTB, ni avec la personne de Georges-Louis Bouchez, que M. Verteneuil a récemment rencontré, a assuré mardi le nouveau président Thierry Bodson. Le fait d'avoir évoqué avec le président du MR un nouveau pacte social, sans mandat, est lui bien en cause, reconnaît cependant M. Bodson.

Le ministre de l'Agriculture, Denis Ducarme (MR) annonce avoir signé une circulaire qui assouplit les critères de contrôle chez les producteurs de fromage, "ce qui représente un coup de pouce très concret pour eux", assure-t-il dans les titres Sudpresse lundi.

Le tarif "prosumer" consiste à faire payer des tarifs de distribution d'électricité aux propriétaires de panneaux photovoltaïques lorsqu'ils prélèvent de l'électricité sur le réseau. C'est donc la fin du compteur qui tourne entièrement à l'envers.

La Wallonie souhaite racheter les friches industrielles de Chertal à Liège et Carsid à Charleroi, respectivement 200 et 100 hectares, héritages de l'âge d'or de la sidérurgie en région wallonne, rapporte L'Echo mercredi. Le dossier est stratégique dans la perspective d'une réindustrialisation, observe le quotidien.

Les citoyens disposent de 280 milliards d'euros d'épargne et les entreprises ont d'importants besoins de liquidités. Le gouvernement wallon va aider à faire le lien entre les deux, sur base volontaire évidemment.