Tout sur Michael O'Leary

La compagnie aérienne irlandaise Ryanair veut embaucher 5.000 personnes supplémentaires en Europe au cours des cinq prochaines années, alors que le secteur de l'aviation se remet de la crise du coronavirus. Il s'agit notamment de personnel de cabine supplémentaire.

A l'occasion du déplacement à Bruxelles du patron du transporteur à bas coûts irlandais, les syndicats chrétiens CNE et ACV Puls lui ont adressé une lettre ouverte pour dénoncer la gestion des ressources humaines de la compagnie low-cost. "Rubbish" (inepties, bêtises) leur a répondu Michael O'Leary jeudi matin, menaçant de nouvelles suppressions d'emploi en Belgique. Une attitude qui met à mal la concertation sociale entre les deux parties, qui devait se poursuivre ce vendredi, préviennent les deux organisations syndicales.

La compagnie aérienne irlandaise Ryanair s'est montrée optimiste mercredi pour l'été, prévoyant d'augmenter fortement son offre et d'ainsi tourner à 80% de ses capacités au coeur de l'été grâce au déploiement des vaccins et aux levées espérées des restrictions de déplacement en Europe.

Michael O'Leary, l'administrateur délégué de Ryanair depuis 1993, songe à quitter son poste d'ici deux ou trois ans, en 2021 ou 2022. Son contrat actuel court jusqu'à l'été prochain et le patron de la compagnie aérienne à bas coûts, âgé de 57 ans, ne souhaite pas le prolonger pour un nouveau mandat de cinq ans.

"Nous avons reconnu les organisations syndicales, accepté de passer en contrat local et de respecter la législation locale (en 2019). On accepte de négocier et il y a quand même une grève. Annulez cette grève qui n'est pas soutenue par la très grande majorité des travailleurs de Ryanair", a déclaré Michael O'Leary, mercredi, lors d'une conférence de presse à Diegem, deux jours avant le mouvement qui touchera plusieurs pays -dont la Belgique- où est active la compagnie.

Ryanair est secouée depuis un an par des turbulences sociales inédites, avec des milliers de vols annulés, des grèves dans plusieurs pays et une bruyante contestation de ses pilotes, hôtesses et stewards. Retour aux sources de cette grogne.

Ryanair a sollicité une rencontre avec les représentants du ministre fédéral de l'Economie, Kris Peeters, afin d'expliquer comment ses nouvelles règles concernant les bagages "respectent pleinement les lois belges et européennes", indique mercredi la compagnie aérienne irlandaise à bas coûts. Mardi, le ministre belge avait écrit au patron de Ryanair pour se plaindre de cette nouvelle politique, qui entrera en vigueur le 1er novembre.

Ryanair détient désormais 75% des parts de Laudamotion, la compagnie aérienne autrichienne fondée par l'ancien triple champion du monde de F1 Niki Lauda. Le reste de l'entreprise demeure aux mains de ce dernier, a annoncé mercredi le patron de la deuxième compagnie, Andreas Gruber, depuis Vienne.

"Nous vous écrivons dans une ultime tentative pour trouver une solution pacifique à l'actuel conflit social"... Plusieurs syndicats européens, parmi lesquels la CNE, ont adressé jeudi une missive aux actionnaires de Ryanair pour qu'ils fassent pression sur le management, alors qu'aucune solution n'a jusqu'ici été trouvée pour mettre fin au mécontentement du personnel de la compagnie aérienne à bas coûts.