Tout sur Max De Brouwer

Les interprètes de conférence, actifs dans des évènements d'entreprises et autres congrès, lancent lundi un cri d'alarme, se sentant abandonnés dans les difficultés économiques dues à la crise du coronavirus. Ils "dépendent directement du secteur de l'évènementiel pour survivre", un secteur qui est quasi intégralement à l'arrêt, note la Chambre Belge des Traducteurs et Interprètes (CBTI), qui représente environ 600 professionnels de la traduction dont 200 interprètes.