Tout sur marché immobilier

Le marché de l'immobilier de luxe se reprend pour la première fois depuis des années. Les villas se vendent deux fois plus vite qu'il y a cinq ans et cela à des jeunes familles ou à des ménages dotés de deux revenus, apprend-t-on mercredi dans une analyse du marché de Van der Build, filiale du groupe immobilier Dewaele, spécialisée dans l'immobilier de luxe. Les notaires ont observé durant les cinq premiers de l'année une hausse exceptionnelle des ventes de biens de plus d'un million d'euros.

Le prix moyen pour un appartement neuf en Flandre-Occidentale se stabilise à 3.225 euros/m2. Sans tenir compte de la région de la côte, le bureau d'expertise de Crombrugghe & Partners observe cependant une hausse des prix provinciale de 1 % à 2.575 euros/m2. Ce niveau de prix est du reste identique à celui des provinces d'Anvers et de Flandre-Orientale.

Le nombre d'appartements mis sur le marché ne cesse de grimper. Même si une expansion plus importante encore du stock est attendue à l'avenir. Les communes de Vielsam, Marche-en-Famenne et Bastogne tirent particulièrement leur épingle du jeu, avec une hausse des prix de 10 % en quatre ans.

La périphérie montoise tire le marché hainuyer vers le haut. Sa croissance en matière de prix est impressionnante ces dernières années (+ 19 % en trois ans). A contrario, le renouveau carolo ne se matérialise toujours pas sur le terrain. L'offre en matière d'appartements neufs reste bien faible.

Le marché immobilier belge est resté particulièrement dynamique ces derniers mois avec un nombre élevé de transactions. Il profite pleinement d'un contexte de taux bas, une situation qui perdurera jusqu'à la fin 2018. La hausse des prix des maisons et des appartements ne devrait, quant à elle, pas dépasser l'inflation en 2017. Comme l'an dernier. Un élément auquel il faudra s'habituer à l'avenir.

La Ville de Liège connaît la plus forte hausse des prix enregistrée par une ville wallonne ces dernières années. Ils ont augmenté de 12,5 % en quatre ans. A l'échelle de la province, on observe une grande stabilité en matière d'offre d'appartements neufs et une belle homogénéité des prix. Le district de Liège-Ouest est toutefois à suivre.

Sa proximité avec Bruxelles et le Brabant wallon font grimper ses prix. Bien loin des standards hainuyers. Et avec un pipeline de projets bien rempli et une démographie galopante, cette tendance à la hausse n'est pas près de s'arrêter. D'autant qu'Enghien tente de se défaire de cette image de cité-dortoir un peu trop calme.

Comme ses voisines proches du Grand-Duché, Arlon possède un marché immobilier qui présente des prix supérieurs par rapport au reste de la province luxembourgeoise. Beaucoup de projets neufs y voient le jour, non seulement pour satisfaire les acquéreurs mais aussi pour répondre aux besoins démographiques de la ville.

En province de Namur, c'est la ville éponyme qui est la plus prisée. Son vaste territoire se targue d'abriter une variété de quartiers. Dont certains, comme Erpent, s'arrachent à prix d'or.

Villas de prestige et logements sociaux sont voisins, mais ne se mélangent pas. L'aspect villageois de Wezembeek-Oppem, sa mobilité et ses facilités attirent de nombreux habitants, y compris les expatriés qui ont contribué à la hausse des prix ces dernières années. A défaut d'un territoire extensible, la commune devra se réinventer si elle veut accueillir plus d'habitants.

Verte et huppée, la commune est appréciée, particulièrement pour deux de ses entités: Embourg et Beaufays. Mais pour garder sa place, encore faut-il pouvoir étancher la soif des candidats acquéreurs.

Station balnéaire très prisée, Knokke est un ovni dans le marché immobilier belge. Ses prix moyens sont en effet largement supérieurs à ceux des communes bruxelloises les plus prisées, notamment parce qu'ils sont boostés par la qualité des projets et le standing de la ville. Toutefois, la crise a quelque peu raisonné les achats et diminué le volume des transactions.

Le paradis des belles villas et des belles bagnoles. Comme à Knokke, Lasne vit dans une petite bulle. Les prix de l'immobilier ont explosé du fait de la qualité de l'environnement et de certaines règles urbanistiques favorisant les plus aisés. Et ce n'est pas près de s'arrêter vu la volonté des autorités communales de redonner un peu plus de valeur à un immobilier en perte de vitesse.

Bruxelles a connu un bouleversement de sa fiscalité immobilière en janvier dernier. Le mécanisme du bonus logement a été remplacé par un système d'abattement des droits d'enregistrement.

Le nombre d'appartements neufs mis sur le marché s'essouffle quelque peu ces derniers mois, alors que les prix poursuivent une légère croissance. Le pipeline de projets situés à Nivelles et dans les communes environnantes reste impressionnant. Une région devenue le rendez-vous des amateurs de bonnes affaires.

Des célibataires, des Français, des fonctionnaires européens, des citadins et des cadres supérieurs. Voilà le cocktail gagnant qui a fait grimper les prix de l'immobilier à Ixelles. Une commune qui a connu un sérieux ravalement de façade ces dernières années. Et qui sera difficile à déloger de la plus haute marche du podium tant les nombreux projets neufs haut de gamme vont encore faire grimper les prix.