Tout sur Marc Leemans

Les trois syndicats sont venus plaider pour une modification de la loi sur la norme salariale de 1996, mercredi en Commission Affaires sociales de la Chambre. La FGTB, la CSC et le SLFP avaient lancé en décembre une pétition contre cette loi dans sa forme actuelle. Le document avait récolté près de 90.000 signatures, soit bien au-delà du seuil de 25.000 permettant d'atterrir à la Chambre en vue d'un débat.

L'organisation patronale flamande Voka a proposé mardi de supprimer 3% de l'indexation des salaires et de la "compenser" par un chèque de 500 euros nets aux travailleurs concernés. Une nouvelle attaque contre le système d'indexation automatique des salaires qui passe très mal du côté syndical. "Si c'est la guerre qu'ils veulent, ils l'auront", réagit le président du syndicat ACV Metea (CSC), William Van Erdeghem.

Le partage des richesses est de plus en plus inégal, ce qui fait plonger un peu plus la couche inférieure de la classe moyenne, a indiqué le président de la CSC (ACV), Marc Leemans, mercredi soir dans son allocution lors de l'événement annuel du mouvement ouvrier chrétien, le Rerum Novarum. Le responsable syndical plaide pour une meilleure répartition.

Comme attendu, les partenaires sociaux n'ont pas pu parvenir, mercredi, à l'unanimité sur l'accord salarial proposé par le gouvernement fédéral. Le gouvernement a donc les clés en main. Syndicats et employeurs sont prêts à négocier sur d'autres sujets, tels que le salaire minimum et les mesures de fin de carrière, a-t-on appris auprès des partenaires sociaux.

Le Premier ministre et les ministres de l'Emploi, des Pensions et de la Santé publique ont rencontré mercredi matin les représentants des trois grands syndicats pour aborder les mesures contenues dans le budget du gouvernement fédéral. Tous ont quitté la résidence du Premier peu avant 11h en évoquant leur volonté de relancer la concertation sociale au sein du Groupe des 10.