Tout sur Marc Lambotte

D'ici 2022, quelque 12.000 emplois risquent de passer à la trappe dans le secteur technologique, selon des calculs de la fédération sectorielle Agoria. Pour renouer avec les créations d'emplois, les décideurs politiques doivent prendre des mesures pour renforcer la compétitivité des entreprises belges, plaide Marc Lambotte, CEO d'Agoria.

À défaut de mesures de la part des politiques, pas moins de 584.000 postes resteront vacants en 2030. C'est ce qu'il ressort de l'étude conjointe d'Agoria, du cabinet de consultance Roland Berger et des organismes publics régionaux de l'emploi. Au total, pas moins de 95 milliards d'euros risquent de passer sous le nez de l'économie belge d'ici 2030.

La difficulté de nombreuses entreprises à trouver du personnel pourrait s'accentuer à l'avenir. Selon une étude de la fédération de l'industrie technologique Agoria et d'autres services de l'emploi (VDAB, Actiris, Forem), les jobs vacants seront plus nombreux que les personnes disponibles sur le marché du travail à partir de 2021. Quelque 600.000 emplois resteront inoccupés en 2030 sans mesures adéquates, d'après ses conclusions. Agoria plaide pour davantage de formations et une immigration économique ciblée.

L'économie circulaire (un concept basé sur le développement durable par lequel un déchet est recyclé dans le circuit économique) permettra la création de 36.000 emplois supplémentaires et de 3,6 milliards d'euros de valeur ajoutée en Belgique d'ici 2020, a calculé la fédération technologique Agoria.

Les pouvoirs publics dépensent toujours trop. C'est principalement le coût des fonctionnaires qui est élevé. "Il y a trop de fonctionnaires qui font le même boulot aujourd'hui", a commenté mercredi le CEO d'Agoria, Marc Lambotte, en marge de la présentation de l'analyse conjoncturelle de la Fédération des entreprises de l'industrie technologique.

Depuis 2008, les partenaires sociaux ne parvenaient plus à trouver un terrain d'entente sur l'évolution des salaires. L'accord interprofessionnel conclu en ce début d'année présente donc un petit côté historique. A défaut, en continuant à échouer systématiquement, patrons et syndicats risquaient de devoir bientôt acter la mort de l'étape de la concertation sociale. Cela valait bien quelques compromis.

Agoria se dit "prudemment positive" après la conclusion mercredi soir d'un projet d'accord interprofessionnel 2017-2018 mais la fédération de l'industrie technologique estime qu'il va devenir très difficile de continuer à résorber le handicap salarial et que la création d'emplois va en pâtir.

Le gouvernement fédéral - qui a bouclé vendredi soir son budget - a manifestement décidé de faire la sourde oreille à la demande répétée des partenaires sociaux de redresser la position compétitive des coûts salariaux dans la construction, s'inquiète dimanche la Confédération Construction qui défend les intérêts de plus de 15.000 entreprises du secteur de la construction.

L'industrie technologique a créé cette année 3.000 nouveaux emplois, soit le double de ce qui était attendu, a indiqué la fédération Agoria mercredi. Elle s'attend encore à une croissance de l'emploi en 2107. "Malgré le drame survenu chez Caterpillar, nous nous attendons à la création de 10.000 nouveaux emplois d'ici 2020", a déclaré Marc Lambotte, CEO d'Agoria.