Tout sur Marc Fiorentino

Si aujourd'hui, il y a de l'espoir, c'est grâce au travail fantastique de notre corps médical. C'est aussi grâce au travail des personnes, dites essentielles (caissières, routiers, magasiniers, policiers, éboueurs, etc.), qui ont continué à travailler pendant la période de confinement. Bien sûr c'est également grâce à la réaction globalement civique de la population, mais c'est aussi grâce à l'Europe !

C'est l'un des multiples paradoxes de cette crise extraordinaire. C'est l'excellent Marc Fiorentino, l'auteur de la lettre d'information Meilleurplacement.com, qui a attiré mon attention sur le sujet suivant. Vous savez que tout le monde parle de la crise actuelle en la comparant avec celle de 1929. Et cela ne fait pas nécessairement plaisir à entendre car c'était une époque très dure, avec des cohortes de chômeurs et des banquiers qui se suicident ; en tout cas, c'est l'image que l'on s'en fait rapidement quand on évoque 1929.

Les banques ne sont plus des banques. Dix années de gestion de crise, de lutte contre la déflation, de taux d'intérêt négatifs et de drogue monétaire les ont transformées en distributeurs d'argent gratuit de la "gardienne de l'euro".

Je rencontre souvent des auditeurs qui me disent que l'actualité économique, voire l'actualité tout court, ne tourne plus rond... Et je leur donne souvent raison. Mais à force de le faire, un auditeur m'a demandé : " Pourquoi ne pas le dire aussi aux autres? " C'est donc ce que je vais faire aujourd'hui. Un exercice qui n'est pas trop difficile à réaliser, je me contenterai d'épingler trois informations de la semaine.

L'or n'est pas en grande forme, alors qu'avec toutes ces tensions politiques et économiques, le métal jaune aurait dû grimper! Amid Faljaoui, notre chroniqueur éco, nous dit pourquoi ce n'est pas le cas, et pourquoi les experts n'y comprennent pas grand-chose.

Le métier de journaliste est passionnant en ce moment. C'est une période où tous les jours il se passe quelque chose de hors-norme. Nous ne manquons vraiment pas de matériel, tantôt pour nous faire peur, tantôt pour nous réjouir...

Depuis que Donald Trump a fait irruption dans nos vies, c'est devenu le sujet numéro un de nos conversations, de part et d'autre de l'Atlantique. Même ceux qui ne l'aiment pas, et ils ne s'en rendent pas compte, sont en réalité des fans du milliardaire.

Est-ce la fin du modèle capitaliste ? A observer les marchés et les évolutions socio-économiques, le capitalisme subit à tout le moins une profonde mutation. Les premières victimes ? Les ménages, qui paient le prix fort de ces nouvelles règles du jeu et craignent pour leur avenir. Gros plan sur les six anomalies qui minent l'économie mondiale.