Tout sur management

Dans son livre 'Het ministerie van Werkplezier' (que l'on pourrait traduire par le ministère du plaisir au travail, ndlr), la journaliste Ilse Ceulemans passe à la loupe d'étranges habitudes de management. Trends publie un passage dans lequel elle décrit ce qui se passe quand le top manager est accro aux changements fréquents.

Détestez-vous les réunions sans fin, les bureaux paysagers (open space), les managers modèles, leur langage, les team-buildings et les entretiens d'évaluation ? Dans ce cas, Het ministerie van Werkplezier (que l'on pourrait traduire par le ministère du plaisir au travail, ndlr) est une lecture indiquée.

Des erreurs de management, il s'en produit souvent. C'est en acceptant cette (angoissante) vérité qu'une autre manière de les gérer peut voir le jour. Bien loin de la triade "trouvez le coupable, sanctionnez-le et que ça ne se reproduise plus", le management de l'erreur invite les patrons et chefs d'entreprise à voir les faux pas comme des faits humains et des opportunités potentielles. Aperçu de quelques bonnes pratiques.

Téléphones portables, open space et jeunes générations... Une enquête menée auprès de plus de mille salariés français a dégagé les sources principales de mal-être au travail. Les entreprises doivent accepter de consacrer du temps à la façon de "repenser le travail" dans le cadre des évolutions technologiques. Tour d'horizon en 5 constats-clés.

Le manager belge est une autruche : il préfère ne pas se voir tel qu'il est. Voilà la conclusion à laquelle aboutit l'enquête menée par la société Here Now & Management. Mais comment établir des plans de formation en adéquation avec les besoins de l'entreprise ?

Motivés et (parfois trop) enthousiastes, les nouveaux entrepreneurs en oublient souvent de partir à la rencontre de leurs clients potentiels. Or, interroger sa cible n'est pas si compliqué. La preuve, avec deux candidats de l'émission "Starter !" de la RTBF, qui révélera ses gagnants ce jeudi.

Une entreprise moderne ne peut plus se passer d'une bonne gestion du besoin en fonds de roulement. Pour six entreprises sur 10, c'est même une priorité absolue. C'est ce qui ressort d'une grande enquête réalisée par "Trends-Tendances" et BNP Paribas Fortis auprès de 400 patrons et directeurs financiers d'entreprises belges.

La politique de l'emploi se focalise sur l'âge de la retraite et la durée de la carrière mais ne tient pas assez compte des conditions de travail, comme le stress ou les contacts informels au sein des entreprises.

La Belgique est plutôt un bon élève de la différence salariale entre cadres masculins et féminins : les femmes cadres dirigeants ne gagnent "que" 6 % de moins que leurs homologues hommes, contre une différence moyenne de 22 % en Europe.

Les femmes n'occupent que 10 % des sièges des conseils d'administration des grandes entreprises cotées dans les pays de l'OCDE. La Norvège est le meilleur élève en la matière, avec un taux proche de 40 %.

Bayer reçoit pour la deuxième fois le titre de Top Employer décerné par le CRF Institute. La société arrive en tête de classement pour ses conditions de travail primaires et secondaires et pour sa culture d'entreprise.

La cohésion d'une équipe est un enjeu crucial en temps de crise. Une éventuelle démobilisation des travailleurs a des conséquences d'autant plus graves que le contexte économique est difficile. C'est aux managers de leur redonner du coeur à l'ouvrage... Et leur rôle évolue en fonction de la cohésion de l'équipe.