Tout sur Macro-économie

L'économie mondiale est à la peine mais les marchés boursiers tutoient des sommets. Une "déconnexion" qui n'inquiète pas les financiers, à l'inverse de certains économistes qui y voient le signe avant-coureur d'une crise de grande ampleur.

C'est du jamais vu! Vendredi 11 décembre, un français a remporté un gain de 200 millions d'euros à l'EuroMillions, un montant jamais atteint dans l'Hexagone. Il aura fallu cinq jours à l'heureux gagnant avant de se manifester auprès de la Française des Jeux. Est-ce que notre veinard a-t-il mis à profit cette période pour plancher sur la manière dont il allait investir son pactole? Il faut dire que gérer une somme pareille n'est pas forcément chose aisée et cela demandera à ce nouveau multimillionnaire d'être bien accompagné.

L'Allemagne, première économie de la zone euro, a profité encore plus qu'annoncé au troisième trimestre de la levée des restrictions contre la pandémie de Covid-19, l'institut Destatis ayant revu mardi la croissance du PIB à la hausse.

Augmenter le taux d'emploi des personnes immigrées - et de leurs enfants - est essentiel pour augmenter leurs contributions aux finances publiques, conclut une étude de la Banque nationale de Belgique (BNB) publiée mercredi. Or, la Belgique fait figure de mauvaise élève européenne au niveau de leur intégration sur le marché du travail.

Pour combattre la crise sanitaire, la planète a dépensé l'équivalent de 12.000 milliards de dollars. Chez nous, l'endettement public a gonflé d'une cinquantaine de milliards d'euros et vient de dépasser le seuil symbolique des 500 milliards.

Le produit intérieur brut (PIB) de la zone euro a bondi de 12,7% au troisième trimestre, un chiffre historique qui marque un rattrapage après une chute jamais vue (-11,8%) au trimestre précédent en plein confinement, a annoncé vendredi l'Office européen des statistiques.

L'inflation a à nouveau été un peu plus faible en octobre, après plusieurs mois de hausse plus rapide des prix, signale jeudi Statbel, l'office belge des statistiques. Le taux d'inflation - qui exprime la mesure dans laquelle les biens de consommation deviennent plus chers - était de 0,74% en octobre, contre 0,90% en septembre et 0,82% en août.

Sous l'effet de la crise du coronavirus, le produit intérieur brut (PIB) s'est contracté de 11,8% au deuxième trimestre 2020 par rapport au trimestre précédent, indiquent jeudi l'Institut des comptes nationaux et la Banque nationale de Belgique. Au 3e trimestre, le PIB est cependant reparti à la hausse (+10,7%), selon une estimation "flash".