Tout sur Lufthansa

Les actionnaires du premier groupe européen de transport aérien Lufthansa ont très largement approuvé jeudi un plan de sauvetage face au coronavirus de 9 milliards d'euros, levant ainsi la dernière hypothèque avant sa mise en place. Ils l'ont validé à plus de 98% des voix lors d'une assemblée générale retransmise en direct par la maison-mère de Brussels Airlines.

La Commission européenne a annoncé jeudi qu'elle validait le projet de l'Allemagne visant à recapitaliser Lufthansa, premier groupe de transport aérien du continent et maison-mère de Brussels Airlines, à hauteur de 6 milliards d'euros, pour surmonter la crise liée au coronavirus.

La voie est libre pour le sauvetage du premier groupe de transport aérien européen: le principal actionnaire de Lufthansa, un milliardaire allemand qui menaçait de voter contre, a annoncé mercredi qu'il approuverait ce plan de 9 milliards d'euros (9,6 milliards de francs).

La compagnie aérienne allemande Lufthansa reprend ses vols vers la Chine après l'interruption liée à la crise du coronavirus. Dès mercredi, une connexion hebdomadaire reliera Francfort à Shanghai. Il s'agit des premiers vols de ligne réguliers du groupe à destination de la Chine depuis fin janvier, selon Lufthansa.

L'information selon laquelle le groupe aéronautique allemand Lufthansa pourrait laisser sa filiale Brussels Airlines tomber en faillite ou s'en débarrasser "met une pression supplémentaire sur des négociations qui, malgré le contexte difficile, se déroulent constructivement pour tout le personnel", réagit vendredi le Setca/BBTK. Le syndicat socialiste attend même "rapidement" un accord-cadre pour ce plan social.

D'après différentes sources, Lufthansa n'exclurait désormais plus de laisser tomber en faillite sa filiale belge ou de s'en débarrasser, rapporte vendredi La Libre. Le quotidien tient d'une source interne que la direction de Brussels Airlines devrait rencontrer ce lundi celle de sa maison-mère, le groupe Lufthansa.

La compagnie aérienne allemande Lufthansa, maison-mère de Brussels Airlines, a mis en garde, mercredi, contre un échec possible du plan de sauvetage concocté par l'Etat allemand et l'entreprise. Ce plan prévoit en l'échange d'une injection de 9 milliards d'euros par l'Etat une prise de participation de 20% dans le capital et de deux sièges au conseil d'administration de Lufthansa.

Lufthansa compte 11.000 emplois excédentaires rien qu'en Allemagne, a précisé lundi la maison mère de Brussels Airlines. L'entreprise estime à 22.000, à l'échelle mondiale, le nombre d'équivalents temps plein dont elle devrait se séparer pour mener à bien sa "douloureuse restructuration".

Les négociations entre la Belgique et Lufthansa sur l'aide à Brussels Airlines sont près de conclure, mais achoppent sur la question des sanctions au cas où Lufthansa ne respecterait pas l'accord, écrit vendredi le journal L'Echo.