Tout sur Lufthansa

Le premier groupe aérien européen Lufthansa, maison-mère allemande de Brussels Airlines, prévoit d'introduire de nouvelles mesures pour couper dans ses dépenses, dont la réduction de sa flotte et le maintien au sol d'aéronefs supplémentaires en raison des restrictions prolongées au voyage. Le conseil d'administration de la compagnie aérienne en a fait part dans une lettre adressée à ses employés dimanche.

Test Achats introduira jeudi une action devant la justice belge contre les clauses de 'no show' d'Air France et de KLM, annonce mercredi l'organisation de consommateurs. Cette mesure prévoit que les passagers n'ayant pas utilisé une partie de leur billet combiné se voient refuser l'embarquement. Des frais leur sont alors imposés pour qu'ils puissent néanmoins prendre l'avion. Une pratique "abusive", selon Test Achats.

Les capacités de fret de Brussels Airlines seront commercialisées par Lufthansa Cargo à partir du 1er septembre. Les clients de la compagnie belge pourront profiter du réseau Lufthansa de 300 destinations dans plus de 100 pays, tandis que les clients du géant allemand auront accès à l'Afrique notamment.

Tant Lufthansa qu'IAG, la maison-mère de British Airways, ont des vues sur la compagnie low cost spécialisée dans le long-courrier et qui dispose de droits de trafic très intéressants.

Les grèves au sein de Brussels Airlines augmentent les coûts de la compagnie, réduisent ses profits et signifient qu'il y aura moins d'avions pour elle, met en garde le CEO de Lufthansa, Carsten Spohr, dans un entretien accordé au journal La Libre Belgique. "La compagnie ne grandira que si les résultats suivent."

Les syndicats de Brussels Airlines déplorent le timing des déclarations du CEO de Lufthansa, Carsten Spohr, au sujet de la grève des pilotes du mois dernier. "Nous avons besoin de sérénité et de calme, pas d'huile sur le feu", réagit-on du côté syndical. Les représentants du personnel réitèrent leur demande de clarté quant à l'avenir de Brussels Airlines au sein du groupe Lufthansa et de sa filiale Eurowings.

La réunion de négociation entre direction et syndicats de Brussels Airlines s'est terminée sans accord dans la nuit de mercredi à jeudi. Les représentants des pilotes n'ont en effet pas accepté la dernière proposition formulée par le management de la compagnie aérienne. Après les grèves de lundi et de ce mercredi, deux nouveaux arrêts de travail auront lieu en juin à moins qu'un accord entre les interlocuteurs soit conclu d'ici là.

Les principaux dirigeants de Brussels Airlines ont essayé de calmer les esprits vendredi à l'occasion d'une conférence de presse alors que la compagnie s'apprête à vivre deux journées de grève de ses pilotes la semaine prochaine. La direction soumettra une nouvelle proposition à leurs représentants lundi, mais n'a pas souhaité détailler le contenu de cette offre.

La grève de deux jours des pilotes, lundi et mercredi, de la compagnie Brussels Airlines pourrait entraîner une perte financière de l'ordre de dix millions d'euros, a affirmé le président du conseil d'administration de SN Airholding, le holding qui chapeaute la compagnie, désormais filiale à 100% du groupe allemand Lufthansa, le vicomte Etienne Davignon.