Tout sur Lernout & Hauspie

Un an quasiment après l'arrêt rendu dans le dossier Lernout & Hauspie (L&H), la Cour de cassation entame, aujourd'hui mardi, l'examen du recours introduit par six des condamnés en cour d'appel.

Pol Hauspie tire les conclusions de la chute de L&H dans un ouvrage qui vient de paraître. En marge de ce livre, il a accordé une interview à nos confrères de Knack pour expliquer qu'il mérite la peine de prison infligée par la cour d'appel de Gand.

Dans un livre, Pol Hauspie, condamné à trois ans de prison ferme dans l'affaire Lernout & Hauspie, revient sur son parcours et tente de partager les leçons qu'il en a tirées.

Dans le dossier de fraude lié au FLV Fund, le parquet a requis deux ans de prison et une forte amende pour les personnes physiques. L'avocat de Pol Hauspie a demandé mardi à ce qu'aucune nouvelle peine ne soit appliquée, après la condamnation déjà intervenue dans l'affaire L&H.

Le parquet général de Gand n'introduira pas de pourvoi en cassation contre l'arrêt rendu dans l'affaire Lernout & Hauspie, car il craint qu'un nouveau procès ne soit pas achevé avant la prescription de l'affaire à l'automne 2011.

Les actionnaires de Lernout & Hauspie ont perdu une partie de leur espoir de récupérer de l'argent. La cour d'appel de Gand n'a pas tranché en leur faveur. Il ne reste donc qu'un grand gagnant de la faillite : l'américain Nuance (ex-Scansoft), qui a racheté à bon prix les technologies de l'entreprise d'Ypres.

La cour d'appel de Gand lui a infligé une peine de deux ans de prison ferme ? Jo Lernout se pourvoit en cassation. L'ancien patron accepte également mal qu'aucune différenciation dans l'attribution des peines n'ait été faite.

Cinq ans de prison, dont deux avec sursis, et une amende de 25.000 euros pour chacun : ainsi sont condamnés Jo Lernout et Pol Hauspie, fondateurs de L&H. Mais tous les acteurs du dossier n'ont pas joué un rôle équivalent dans cette fraude à grande échelle.

La cour d'appel de Gand lit en ce moment même son arrêt dans le dossier Lernout & Hauspie. Pour Jo Lernout, "ce n'est pas la fraude qui a causé la faillite : ce sont les décisions de Philippe Bodson qui ont signé l'arrêt de mort de l'entreprise !"

L'augmentation de capital d'un fonds de capital-risque pourrait valoir à Pol Hauspie deux ans de prison avec sursis et une amende de 3.000 euros. L'ex-patron de Lernout & Hauspie est en effet considéré comme le cerveau de cette opération entachée de fraude, selon le parquet d'Ypres.