Tout sur Lachs

L'aéroport de Liège s'associe à l'action entreprise par la compagnie aérienne de fret CAL et la société de manutention Lachs contre l'organisme responsable du contrôle aérien en Belgique, Skeyes. L'activité y est régulièrement perturbée ces derniers mois en raison d'un conflit social. Différentes actions ont été initiées récemment par des acteurs lésés par les conséquences de ces tensions sociales.

Après la société Liege Cargo Handling Services (LACHS) et la compagnie aérienne Cargo Airlines (CAL), en avril, et Brussels Airlines, la semaine dernière, d'autres acteurs du secteur aérien belge se tournent vers la justice dans le cadre du conflit social qui secoue depuis plusieurs mois Skeyes, l'organisme en charge du contrôle aérien en Belgique, et avec lui tout le ciel belge.

Le juge des référés du tribunal de l'entreprise de Liège a imposé vendredi soir à Skeyes d'assurer son service jusqu'à lundi matin à 09h00, sous peine d'une astreinte de 250.000 euros par heure d'interruption, a appris Belga. Une action avait été introduite en extrême urgence par la société Liege Cargo Handling Services (LACHS) et la compagnie aérienne Cargo Airlines (CAL), toutes deux établies à l'aéroport de Liège.

Liege Airport et le Forem se sont associés au sein d'une task force en vue d'organiser des formations de demandeurs d'emploi et ainsi répondre aux besoins de main d'oeuvre des quatre opérateurs assurant la manutention (handling) des marchandises sur le site de l'aéroport liégeois. Quelque 430 emplois sont susceptibles d'en découler, a indiqué vendredi Marie-Kristine Vanbockestal, administratrice générale du Forem, lors de la présentation de cette task force au sein de l'entreprise LACHS.