Tout sur KBL

Le groupe allemand va se séparer de son département énergie, le coeur historique de ses activités. Il va créer une nouvelle entreprise et l'introduire en Bourse. Le conglomérat vire au holding.

De numéro trois chez BNP Paribas Fortis, il est passé numéro un chez KBL : une occasion inespérée pour un banquier "self-made" et qui n'est pas né de la dernière pluie. "Vous ne pouvez plus gérer une entreprise comme il y a 10 ans", affirme Peter Vandekerckhove.

En exclusivité pour "Trends-Tendances", George Nasra, CEO de Precision Capital (maison mère du groupe KBL European Private Bankers), nous répond quant aux rumeurs de vente dont fait l'objet sa filiale belge Puilaetco Dewaay.

Propriété du fonds qatari Precision Capital, l'enseigne de banque privée basée à Luxembourg recrute un poids lourd de BNP Paribas Fortis comme nouveau CEO.

Le groupe de banque privée basé à Luxembourg recrute un poids lourd de BNP Paribas Fortis en la personne de Peter Vandekerckhove.

KBC vient de signer la vente de sa filiale Fidea à l'américain J.C. Flowers pour 243,6 millions d'euros, quelques jours après avoir bouclé la cession de sa banque privée KBL au qatari Precision Capital.

On sait le fonds souverain du Qatar candidat au rachat de Dexia BIL. Precision Capital, qui représente les intérêts d'un investisseur du Qatar, vient de signer l'acquisition de KBL epb, banque privée spécialisée du groupe KBC, pour plus de 1 milliard d'euros.

KBC s'apprêterait à vendre Merck Finck, une part de sa filiale KBL European Private Bankers, séparément, selon un journal allemand. Faux, rétorque le bancassureur flamand.

Annoncée fin mai 2010, la vente de KBL, le réseau européen de banque privée de KBC basé à Luxembourg, au groupe indien Hinduja n'aura donc pas lieu. La faute à la CSSF... ou plutôt aux autorités de contrôle suisses ?

Nous vous l'annoncions en primeur dès jeudi après-midi, un communiqué de presse l'a confirmé vendredi : KBC a conclu un accord avec Hinduja sur la cession de sa filiale "private banking" spécialisée KBL European Private Bankers. Montant global de la transaction : 1,35 milliard d'euros.

KBC devait se défaire de sa filiale KBL : son choix s'est porté sur l'indien Hinduja. Des cinq prétendants de départ, il s'est montré le plus désireux de conserver la direction en place. Un argument face auquel la direction en question pouvait difficilement rester de marbre...

Selon "La Tribune", le brésilien Safra et l'indien Hinduja tiendraient la corde pour le rachat de KBL European Private Bankers, l'activité de gestion privée de KBC. Selon nos propres sources, il en irait tout autrement : la famille italienne Agnelli, à travers sa société Exor, recueillerait nettement les faveurs des hauts dirigeants de KBL, qui souhaitent conserver une certaine indépendance.

Les noms des cinq derniers candidats à la reprise de KBL European Private Bankers, le réseau européen de banque privée du groupe KBC, ont été révélés par La Tribune. Parmi eux, la famille Agnelli (Fiat), le géant américain KKR et la banque privée suisse Julius Baer.