Tout sur KBC

Il est possible de payer son stationnement en cryptomonnaie à Anvers et Bruxelles. Seety, une start-up belge spécialisée en matière de stationnement numérique, offrira la possibilité de payer n'importe quel stationnement en rue ou dans un parking public via son application avec sept crypto-monnaies différentes, dont le bitcoin, en plus des méthodes traditionnelles déjà disponibles.

La banque KBC a été condamnée dans deux affaires à rembourser en tout 32.000 euros à des clients victimes de fraude en ligne. Cela crée un précédent juridique pour les pertes d'argent en cas de fraudes dites de hameçonnage ou phishing. Une législation de 2018 y a été consacrée mais les banques tentent souvent de la contourner, rapporte lundi Het Laatste Nieuws après avoir mené des recherches sur base des chiffres du service de médiation bancaire.

Dans un monde digital dominé par les géants du Net et les cyberattaques, la tendance qui voit les banques se positionner comme intermédiaires de confiance gagne du terrain. Exemple chez KBC (et CBC) où tant les clients que les non-clients peuvent depuis ces jours-ci accéder depuis leur appli, rapidement et en toute sécurité, à Helena, la plateforme d'échange sécurisée de dossiers médicaux entre patients et prestataires de soins de santé. Ils peuvent y consulter leur dossier et leurs documents médicaux.

KBC projette de mettre en place sa propre monnaie virtuelle, une "KBC Coin", qui permettrait par exemple de récompenser ses clients les plus loyaux, a annoncé vendredi le bancassureur.

KBC espère pouvoir tirer un trait sur la crise sanitaire l'année prochaine. Le coussin de 757 millions d'euros devrait être suffisant pour absorber les pertes de crédit attendues, et le groupe flamand s'apprête à embaucher 300 nouveaux collaborateurs.