Tout sur Johan Thijs

La volatilité accrue sur les marchés financiers en cette période de crise sanitaire va peser sur les résultats des banques liés aux instruments financiers. Dans une actualisation de ses prévisions pour le premier trimestre publiée vendredi avant Bourse, KBC estime à 400 millions d'euros l'impact négatif sur les instruments financiers à la juste valeur (FIFV). Les résultats du groupe KBC pour le premier trimestre seront publiés le 14 mai.

De la suspension de votre prêt hypothécaire à la facilité de crédit pour votre PME, les banques se mobilisent pour donner de l'air aux ménages et aux entreprises frappés par l'épidémie. Mais attention, tout le monde ne sera pas aidé. Qui sera secouru, qui ne le sera pas ? Combien ce coup de pouce vous coûtera-t-il ? Réponse en 15 questions et réponses concrètes.

Le bancassureur KBC et ING ont annoncé lundi retirer leur dividende final pour son exercice 2019, conformément à une recommandation de la Banque centrale européenne (BCE) édictée en pleine crise du nouveau coronavirus.

KBC aujourd'hui, ING et BNP Paribas Fortis hier. Les taux bas et la digitalisation secouent les banques et leur personnel. Impatient, de plus en plus connecté, le client ne jure plus que par son smartphone pour gérer ses petits soucis d'argent au quotidien, obligeant du coup les banques à faire régime... sur le dos de leurs employés.

C'est un résumé, et comme tous les résumés, il peut parfois être injuste, mais si la banque KBC procède à 1.400 licenciements sur 3 ans, c'est en bonne partie à cause des clients... Fort heureusement, ces 1.400 licenciements ne sont pas des licenciements secs mais des non-remplacements de départs naturels. Le staff de la KBC aurait pu dire : c'est le client qui m'a tué!

KBC a enregistré, au 2e trimestre de cette année, un bénéfice net de 745 millions d'euros, en hausse de 7% par rapport à la même période un an plus tôt et supérieur aux attentes des analystes qui avaient misé sur un résultat net de 716 millions, a-t-il annoncé jeudi.

La robotisation de certaines opérations de base chez KBC a permis d'épargner l'an dernier 50.000 journées de travail, soit l'équivalent du travail de 250 personnes pendant un an. "La robotisation et l'intelligence artificielle auront des conséquences sur les emplois", a déclaré le CEO du bancassureur, à l'occasion de la présentation des résultats annuels de KBC. "La question est de savoir comment vous faites face à cela."

Le CEO de KBC a été élu Manager néerlandophone de l'année par nos confrères de " Trends ". " Je me sens bien chez KBC, nous confie-t-il. Une époque passionnante nous attend. Les deux à trois prochaines années seront déterminantes pour l'avenir des organismes financiers. "