Tout sur Johan Hatert

En Belgique, 69 % des entreprises peuvent être qualifiées de familiales si l'on se réfère à leur actionnariat. Mais si 68 % des entrepreneurs interrogés (pour une étude CEFIP) souhaitent privilégier la transmission familiale, seuls 30 % environ y parviendraient in fine. Comment expliquer cet écart entre l'intention et la réalité ?

Un entrepreneur peut être amené à céder son entreprise pour de nombreuses raisons : départ à la retraite, dynamique de consolidation d'un secteur, etc. Lorsqu'il n'y a pas de successeur désigné ou de repreneur familial, une vente s'impose. Au-delà des chiffres, l'aspect émotionnel joue également un rôle important. Voici concrètement comment cela se passe.