Tout sur Jean-Pierre Clamadieu

Fin 2018, Jean-Pierre Clamadieu quittera son poste à la tête de Solvay, l'entreprise chimique dont il a fait, en l'espace de sept ans, un des numéros un mondiaux dans le domaine des matériaux avancés. Pour "Trends-Tendances", le Français a accepté de dresser un bilan de cette expérience et de nous parler de son prochain employeur, un certain Engie, qui l'obligera forcément à garder un oeil sur la Belgique.

Solvay a confirmé mardi ses objectifs pour 2018, après de bonnes performances dans son secteur de composants innovants destinés à l'aéronautique et l'automobile. Le groupe chimique belge, dont le bénéfice net a crû de 9,8% au deuxième trimestre à 339 millions d'euros, table toujours pour l'ensemble de l'année sur une hausse de son bénéfice d'exploitation (EBITDA) comprise entre 5 et 7%.

Nicolas Boël, le président de Solvay, supervise la recherche du nouveau CEO qui succédera au Français Jean-Pierre Clamadieu invité à assumer la présidence du géant énergétique Engie. Pour "Trends-Tendances", Nicolas Boël évoque l'avenir de Solvay après le départ de l'homme qui a mené de main de maître la métamorphose du groupe de chimie.

Le groupe chimique affiche un bénéfice en hausse de 71% et atteint ses objectifs financiers avec un an d'avance. Il va désormais se concentrer sur l'amélioration de ses performances internes, ce qui va sans doute se traduire par des pertes d'emplois administratifs.

Le conseil d'administration du groupe énergétique français Engie a choisi mardi Jean-Pierre Clamadieu, actuel dirigeant du groupe belge de chimie Solvay, comme futur président pour succéder à Gérard Mestrallet, a indiqué Engie dans un communiqué.

Le CEO de Solvay a présenté aux membres du cercle d'affaires bruxellois la stratégie de croissance du groupe sur des marchés porteurs qui répondent aux défis de la planète.

Alors que l'élection du président Donald Trump et le vote pour la sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne survenus l'an dernier tendent à modifier l'ordre économique mondial et marquent un retour au protectionnisme, Solvay veut prouver que la mondialisation peut être une source de progrès, a souligné vendredi le CEO Jean-Pierre Clamadieu à l'occasion de la présentation des résultats annuels de l'entreprise chimique.