Tout sur Jean-Michel Cappoen

Syndicats et direction d'AG Insurance se sont revus dans un climat finalement plus positif mardi en fin de matinée, au lendemain des actions menées dans les bureaux de Charleroi et d'Anvers lundi. Le front commun syndical reproche à la direction de "bafouer la concertation sociale" après l'adoption par l'entreprise d'assurances d'une série de conventions collectives de travail (CCT) avec le seul syndicat chrétien flamand LBC. Mardi, les représentants du personnel et la direction ont convenu de se revoir les 21 et 29 juin prochains. La direction se dit satisfaite de la poursuite des discussions.

Les syndicats Setca/BBTK, CNE et CGSLB/ACLVB reprochent à la direction d'AG Insurance de "bafouer la concertation sociale" après l'adoption par l'entreprise d'assurances d'une série de conventions collectives de travail (CCT) avec le seul syndicat chrétien flamand LBC. Les autres syndicats menacent de mener des actions et grèves si la direction ne fait pas machine arrière d'ici vendredi soir.

Passage de témoin au Concert Noble entre l'ancien administrateur délégué de l'Unizo et Michel Vermaerke à la tête de la Fédération belge du secteur financier et de l'Association belge des banques et des sociétés de Bourse.

Le personnel d'ING a donné un mandat "très clair" aux syndicats pour continuer à mettre la pression sur la direction, lors de plusieurs assemblées générales organisées lundi à Bruxelles, Gand et Anvers, ont indiqué les syndicats à l'agence Belga. Une réunion est prévue mercredi avec la direction.

Le CEO d'ING Group, Ralf Hamers, rencontrera mercredi matin, à Bruxelles, le personnel belge de la banque, dont la direction avait annoncé début octobre vouloir se séparer de 3.158 emplois d'ici 2021. Les syndicats comptent en profiter pour lui signifier leur désaccord quant à cette restructuration, préviennent-ils mardi en front commun, craignant que celle-ci "mette réellement en danger la survie d'ING Belgique".

La direction d'AXA Belgium a mené trois séances d'information à destination des syndicats mercredi, jeudi et vendredi, après avoir annoncé un plan de restructuration lundi pouvant mener à la suppression de 650 postes en deux ans. La phase d'information est ainsi terminée et la consultation, permettant aux syndicats de poser leurs questions, peut démarrer.